Le Forum de Haut Niveau d’Accra a adopté un plan d’action destiné à améliorer l’efficacité de l’aide au développement

05/09/2008
Share |

Le Forum de Haut Niveau d’Accra a adopté un plan d’action destiné à améliorer l’efficacité de l’aide au développement

Accra, Ghana, le 5 septembre 2008 – Le Forum de haut niveau d’Accra sur l’efficacité de l’aide au développement, s’est terminé jeudi 5 septembre dans la capitale ghanéenne, après trois jours de délibérations, avec l’adoption d’un document de huit pages, intitulé « L’Agenda d’actions d’Accra pour améliorer l’efficacité de l’aide au développement ».

Cet agenda est le fruit d’une coopération sans précédent entre les partenaires au développement, des pays en développement et donateurs, des économies émergentes, des Nations Unies et des institutions multilatérales, de fonds internationaux et d’organisations de la société civile. Ils ont tous participé activement à des discussions ayant abouti à la tenue de ce Troisième forum de haut niveau sur l’efficacité de l’aide au développement, abrité par le gouvernement ghanéen et organisé conjointement par l’OCDE et la Banque mondiale.

Les participants ont utilisé les objectifs de développement inscrits dans la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement comme fondements de leurs échanges. Leurs discussions sur la nécessité de rendre l’aide plus efficace se sont basées sur des consultations menées dans plus de 80 pays en développement, les donateurs de l’OCDE et un nombre important d’organisations de la société civile de par le monde.

Les résultats d’une étude menée dans 54 pays en développement ont permis d’établir le cadre de ces discussions. Les évaluations sur comment huit récipiendaires et 11 donateurs mettent en oeuvre les engagements de la Déclaration de Paris quelque trois ans après son adoption, ont fourni les éléments requis pour identifier là où des actions sont le plus nécessaire.

Les éléments clés de l’Agenda d’actions d’Accra incluent:

  • La prévisibilité – les donateurs vont présenter une planification sur trois à cinq ans de leurs programmes d’aide au développement
  • Les systèmes pays – les systèmes pays seront utilisés pour canaliser l’aide au développement, préférablement aux systèmes des donateurs
  • La conditionnalité – les donateurs vont changer leurs conditions administratives sur la manière et le moment de livrer l’aide, en tenant compte des objectifs définis par les pays récipiendaires
  • L’aide non liée – les donateurs vont assouplir les restrictions qui empêchent les pays en développement d’acheter des biens et services dont ils ont besoin là où ils  veulent et au moment où ils le veulent, pour obtenir la meilleure qualité au moindre coût.