Zanzibar honore la BAD

25/01/2005
Share |

Le ministre de l'Education, de la culture et des sports, M. Haroun Ali Suleiman, a rappelé, dans son allocution, que l'engagement de la Banque dans le développement du secteur de l'éducation à Zanzibar a commencé avec le projet Education II, qui est intervenu à une époque où la plupart des partenaires bilatéraux avaient suspendu leur appui à Zanzibar pour des raisons politiques.

Le système d'éducation de base à Zanzibar aurait drastiquement périclité n'eût été l'intervention de la Banque pour la construction ou la réhabilitation de 200 salles de classe, la réhabilitation du centre pédagogique Nkrumah, la formation continue des instituteurs et la fourniture, pour les classes de CM1 et CM2, de livres scolaires et d'un manuel de l'instituteur.

Le taux brut de scolarisation dans le primaire est du coup passé, grâce aux apports du projet, de 85,4% en 1999 à 100% en 2004.

Par ailleurs, la fourniture de livres scolaires et de manuels de l'instituteur pour les classes de CM1 et de CM2 a permis de porter à 1/1 le rapport nombre d'élèves/nombre de manuels, contribuant à une amélioration continue de la qualité de l'enseignement. Cette réalisation est saluée à Zanzibar comme une étape des plus importantes dans sa quête de l'éducation pour tous de qualité.

Le président de Zanzibar Aman Abeid Aman Karume, qui a présidé la cérémonie, a félicité la Bad d'avoir été parmi les premières partenaires à appuyer la stratégie de Zanzibar visant à réduire la pauvreté à travers la formation en alternance et le développement des compétences. Cette stratégie vise à développer les compétences des jeunes, filles et garçons, en dehors du système scolaire. Le projet a été conçu autour du concept innovant d'un incubateur d'entreprises au profit des jeunes au chômage les moins scolarisés plutôt que l'incubateur traditionnel high tech visant de jeunes cadres hautement diplômés dont la plupart vivent au-dessus de la ligne de pauvreté.

Le président a réitéré l'engagement de son gouvernement à poursuivre la coopération avec la Banque dans le domaine du développement des ressources humaines, aussi bien que dans d'autres secteurs tels que les transports ou l'agriculture.