Le Groupe de la Bad se prépare à abriter le secrétariat du Consortium africain pour l’infrastructure

21/10/2005
Share |

Le Groupe de la Bad se prépare à abriter le secrétariat du Consortium africain pour l’infrastructure

Tunis, le 21 octobre 2005 – Le Groupe de la Banque africaine de développement (Bad) se prépare à abriter le secrétariat du Consortium africain pour l’infrastructure, en mettant en place les structures et les commodités dont il aura besoin.

La réunion inaugurale du consortium pour l’infrastructure, qui réunit les organisations africaines clés ainsi que la plupart des bailleurs de fonds (1), s’est tenue le 6 octobre 2005 à Londres, où il a été décidé que la Bad abriterait l’important secrétariat du Consortium.

Le secrétariat facilitera une collaboration plus étroite entre le Consortium et l’Union africaine, le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), les communautés économiques régionales et la Bad dans le domaine du développement des infrastructures.

Le président Donald Kaberuka, qui conduisait la délégation de la Bad à la réunion de Londres, a insisté sur la nécessité de développer l’infrastructure en Afrique. Il a signalé à cet égard que 39 % des projets approuvés par le Groupe de la Bad en 2004 concernaient l’infrastructure.

Le Consortium est une nouvelle initiative majeure destinée à accélérer la réalisation des infrastructures dont l’Afrique a besoin pour sa croissance économique et son développement. Il se penchera sur les entraves nationales et régionales au développement de l’infrastructure, avec un intérêt particulier pour l’infrastructure régionale, dans le droit fil des défis qui se posent à l’échelle régionale.

Les membres du consortium devraient être plus efficaces dans leur appui à l’infrastructure en Afrique en joignant leurs efforts dans des domaines précis tels que le partage de l’information, le développement des projets et la diffusion des bonnes pratiques.

En reconnaissance le rôle central de l’infrastructure dans l’accélération de la croissance, la réduction de la pauvreté et la promotion de l’intégration régionale en Afrique, les membres du Consortium sont convenus de travailler en étroite collaboration pour aboutir à un travail sur l’infrastructure plus efficace et à plus grande échelle, en capitalisant sur els ressources et l’expertise du secteur public et du secteur privé. Le consortium s’est engagé à accomplir un travail intense, avec d’autres parties prenantes, pour s’assurer, en partant des leçons du passé, que les approches les plus efficaces sont bien celles qui sont adoptées pour chaque secteur de l’infrastructure.

Le consortium s’attachera à identifier, pour mieux les surmonter, les contraintes relatives au développement de projets, au financement, au renforcement des capacités et à l’environnement des affaires, dans un esprit de coopération qui reconnaisse les avantages comparatifs de chaque bailleur de fonds. A cet égard, un accent particulier sera mis sur une plus grande cohérence des interventions des bailleurs de fonds afin de réduire les coûts de transaction et d’assurer des financements effectifs plus efficaces, conformément aux engagements de la communauté internationale lors de la table ronde de Paris sur l’harmonisation.

Le consortium s’est par ailleurs entendu sur un éventail d’actions communes pour soutenir le secrétariat du consortium, le Nepad, la préparation des projets, les études analytiques et le renforcement des capacités. Ces actions devraient permettre d’éliminer certains des goulots d’étranglement immédiats dans la promotion et le développement de projets d’infrastructure transfrontaliers en Afrique.

La prochaine réunion du Consortium pour l’infrastructure en Afrique aura lieu en juin 2006 à Addis-Abeba en Ethiopie.

1.  Banque africaine de développement, UA, Canada, Comesa, Banque de développement de l’Afrique australe, Cedeao, Communauté des Etats d’Afrique de l’Est, Commission européenne, Banque européenne d’investissement, la France, l’Allemagne, le NEPAD, le Japon, l’Italie, la Russie, la Communauté de développement d’Afrique australe, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la Banque mondiale.

CONTACT: Chawki Chahed – Tél.: +216 71 10 27 02 – E-mail: c.chahed@afdb.org


Sections Connexes