Deuxième rencontre consultative sur la reconstitution du FAD 12

Share |

De: 22/02/2010
A: 23/02/2010
Lieu: Le Cap, Afrique du Sud

Dans le cadre des consultations pour la douziéme reconstitution du FAD (FAD 12), le président de la Banque africaine de développement, Donald Kaneruka, a prononcé, le 22 février 2010, son discours d’ouverture.

Voici des éléments clés de sa présentation :

  • Nous avons, ensemble, tout au long des différents cycles antérieurs, accompli beaucoup sur le continent. Le Fonds a montré son ingéniosité, sa pertinence et sa place dans l’architecture de l’aide. Désormais, nous avons essentiellement trois défis à relever :
    • Consolider les acquis et prévenir les dérapages ;
    • Préserver nos réalisations et nous en servir comme tremplin ;
    • Etre prêt à tout moment à s’adapter aux chocs exogènes et au changement d’environnement.
  • Intégration économique régionale. Il me plaît de faire observer que la Banque est en passe de devenir le premier bailleur de fonds de l’intégration régionale en Afrique. Depuis le début de la décennie, nous y avons investi près de 9 milliards de dollars.
  • Etats fragiles. Au titre du FAD-12, la Banque continuera d’aider ces pays à remettre sur pied leurs institutions chancelantes, réhabiliter l’infrastructure, renforcer leurs capacités et apurer leurs arriérés, en veillant à adapter nos interventions à la situation de chaque pays et en tenant compte des enseignements tirés du FAD-11.
  • Appuis budgétaires. La Banque africaine a aujourd’hui une très bonne expérience qui nous permet de maximiser les effets bénéfiques.
  • Changement climatique. Nous avons aujourd’hui la possibilité de suivre une nouvelle voie de développement marquée par un plus faible volume de carbone. Cependant, de tels projets nécessiteront, sans aucun doute, des moyens financiers supplémentaires considérables.

Galerie photos de la séance d’ouverture:

Une sélection de projets du Fonds africain de développement

video platformvideo managementvideo solutionsfree video player video platformvideo managementvideo solutionsfree video player
La BAD et le Mozambique : Bâtir ensemble un Afrique meilleure Le Seuil de Talo au Mali
  • Plus de vidéos

La deuxième réunion consultative sur la reconstitution des ressources du Fonds africain de développement (FAD-12) aura lieu au Cap, en Afrique du Sud, les 22 et 23 février 2010. La revue à mi-parcours du FAD-11 (MTR) s'est tenue à Helsinki, en Finlande, les 20 et 21 octobre 2009. Ce forum a aussi servi de point de démarrage et de cadre pour la première réunion du processus de la reconstitution des ressources du FAD-12.

La réunion sur la reconstitution intervient à un moment critique pour le continent africain. Cinq années seulement avant l'échéance de 2015 fixée pour l’atteinte des objectifs de développement pour le millénaire (ODM), l'Afrique apparaît comme le continent qui affiche les plus grands déficits de financement du développement. La crise économique et financière mondiale de 2008-2009 a posé d’autres défis aux pays FAD, notamment les États fragiles, et compromet les gains enregistrés par l'Afrique au cours des dernières années. Pour rétablir la croissance économique aux niveaux d’avant la crise, combler les déficits des infrastructures, poursuivre l'intégration régionale, investir dans l'adaptation au changement climatique et l'atténuation du risque climatique, et atteindre les ODM, les besoins sont élevés.

Dans le contexte du FAD-11, le Fonds a réagi promptement aux besoins de ses clients et atteint des niveaux d’engagements sans précédent, en particulier dans ses domaines stratégiques prioritaires de base de l'infrastructure, de la gouvernance, de l'appui aux États fragiles et de l'intégration régionale. Les engagements comme les décaissements ont doublé comparativement au FAD-10, ce qui démontre la capacité, la flexibilité et l'engagement du FAD au développement de l’Afrique. Au titre du FAD-12, le Fonds s'est engagé à maintenir ce bilan de succès même s’il lui faut continuer à renforcer sa capacité de livrer et de mesurer les impacts de développement dans les pays clients du FAD.

Dans la période couverte par le FAD-12, le Fonds continuera également à contribuer aux résultats de développement sur le terrain. Récemment, le Président de la BAD a rappelé que l’institution « a décidé de mettre en place un cadre robuste de gestion basé sur les résultats. Nous disposons maintenant d'un tel cadre, qui tente systématiquement de mesurer les résultats de nos opérations sur le terrain. Il prouve de manière claire, rapide et convaincante que les opérations du FAD à la sortie du portefeuille apportent une contribution significative aux résultats de développement, comme les 17 millions de personnes qui ont été connectées aux réseaux d'électricité et les 2 millions de personnes qui ont pu accéder à l'eau propre.

Le FAD est le guichet concessionnel du Groupe de la Banque africaine de développement. Il est un moteur du développement économique et social dans les 38 pays africains à faible revenu, grâce à l’octroi de prêts concessionnels et de dons (y compris au secteur privé) pour financer des projets et des programmes, ainsi qu’à la fourniture d’assistance technique pour les études et les activités de renforcement des capacités. Son objectif principal est de réduire la pauvreté en Afrique. Comme le Groupe de la Banque investit dans de nouveaux projets et initiatives sur le continent, les ressources fournies au FAD sont régulièrement augmentées.

Les ressources du FAD sont reconstituées tous les trois ans par 26 pays donateurs. La précédente reconstitution du FAD, la 11e, destinée au financement des opérations du Fonds pour la période 2008-2010, a été conclue en décembre 2007, à un niveau record de 8,9 milliards USD.