Le Fad soutient la gestion des ressources naturelles et la réduction de la pauvreté au Kenya

22/04/2005
Share |

Le Conseil d’administration du Fad a approuvé aujourd’hui à Tunis un prêt de 13, 59 millions d’Unités de compte (UC*) équivalant à 20,53 millions de dollars EU pour financer le Projet de conservation des ressources naturelles du bassin de l’Ewaso Ng’iro North (ENNNRCP).

Au Kenya, l’eau est une ressource naturelle particulièrement rare et la conservation des bassins fluviaux joue un rôle crucial pour sa protection et sa gestion durable. Le projet, couvrant les 12 districts du bassin du fleuve, a pour but de contribuer à la réduction de la pauvreté par une conservation et une gestion durables des ressources naturelles. L’objectif spécifique du projet est d’améliorer la gestion des ressources en eau, l’utilisation des terres agricoles et la conservation des ressources forestières dans le bassin de l’Ewaso Ng’iro North (ENNR).

Le projet comprend trois composantes:

  • La gestion et la mise en valeur des ressources en eau
  • La conservation participative du bassin
  • La coordination du projet et le renforcement des capacités.

La zone du projet couvre les districts les plus pauvres du Kenya. Le projet servira à renforcer la capacité des populations locales à gérer eux-mêmes les ressources hydriques et forestières et contribuera directement à améliorer les flux du fleuve ainsi que la conservation forestière favorisant la réduction de la pauvreté.

Environ 20 % de la population de la zone du projet devrait bénéficier directement des activités du projet. Les bénéficiaires directs comprennent les associations des utilisateurs de l’eau des cours d’eau et des forêts, les groupes chargés des pépinières arboricoles, les éleveurs, les agro-éleveurs, les apiculteurs, et les fonctionnaires concernés.

Les femmes représenteront quelque 20 % des bénéficiaires. D’une part, elles bénéficieront du projet en tant que membres des différents groupes et associations appuyés par le projet et d’autre part de la création des pépinières d’agroforesterie et d’activités liées à l’apiculture, augmentant de façon significative leurs revenus. La disponibilité accrue du bois de feu et de l’eau aura un impact significatif sur les femmes et allègera leur fardeau dans ce domaine.

Les opérations du Groupe de la Banque au Kenya ont commencé en 1967. A ce jour, le montant des engagements du Groupe au pays s'élève à 641, 95 millions d'UC, équivalant à 983, 46 millions de $ EU pour 49 opérations.

* 1 UC = 1.51083 $EU au 01/04/2005