La BAD accorde un prêt de 250 millions de dollars à l’office chérifien des phosphates

15/05/2012
Share |

La BAD et l’office chérifien des phosphates (OCP) ont signé, le 10 mai 2012 à Casablanca, un accord de prêt de 250 millions de dollars dans le cadre du programme d’investissement de l’OCP. Ce prêt est le premier financement non-souverain que la BAD accorde à une entreprise marocaine. Il constitue un repère important dans la vision de la Banque en matière de promotion des entreprises africaines.  

Le prêt permettra de construire la plateforme industrielle de Jorf Lasfar, qui accueillera à terme plusieurs complexes chimiques afin d’accroitre la capacité de transformation locale du phosphate en produits dérivés (acide phosphorique et engrais).   

Cette intervention contribuera à l’atteinte des objectifs du programme global de développement de l’agriculture africaine par l’accroissement de la production agricole et la réalisation de la sécurité alimentaire.

Mme Abou-Zeid, représentante de la BAD au Maroc et signataire de l’accord pour la Banque, s’est déclarés satisfaite de ce nouveau partenariat avec l’OCP, qui vient valoriser les efforts déployés par la Banque pour promouvoir le transfert de savoir-faire sud/sud et renforcer l’agriculture africaine.  

Elle a également souligné que cet appui de la Banque illustre et confirme les orientations principales des piliers de la nouvelles stratégie d’assistance de la Banque au Royaume du Maroc pour la période 2012-2016, à savoir le renforcement de la gouvernance et de l’inclusion sociale, ainsi que le soutien au développement des infrastructures « vertes ». Cette stratégie favorise également les projets de transformation locale orientés vers l’export et le développement du secteur privé.

Mostafa Terrab, président-directeur général de l’OCP et signataire de l’accord pour la partie marocaine, a souligné l’importance de la demande en phosphate et engrais, qui restera soutenue sur le moyen et long terme. Il a indiqué que l’offre mondiale est inférieure à la demande, et que l’OCP compte assurer la pérennité de sa compétitivité mondiale par une augmentation substantielle de sa capacité de production de phosphate et d’engrais, et par une réduction de ses coûts de production. Il a par ailleurs insisté sur le fait que ce prêt de la BAD à l’OCP constitue le premier pas vers une collaboration fructueuse et stratégique entre les deux institutions.