La BAD prône un engagement plus soutenu du secteur privé dans le développement des connexions à large bande en Afrique

23/09/2014
Share |

New York, le 22 septembre 2014 – Le 21 septembre 2014, en marge du Sommet des Nations Unies sur le climat qui se tiendra à New York le 23 septembre, des représentants de la Banque africaine de développement (BAD) ont été invités à intervenir au cours de la 10ème réunion de la Commission « La large bande au service du développement numérique ». La Commission est une organisation de mobilisation mise sur pied en 2010. Elle est co-présidée par le président Paul Kagame du Rwanda et par Carlos Slim, président d’América Móvil.

L’objectif de la Commission consiste à agencer le programme de développement mondial en prenant en considération l’importance de la transmission large bande, véritable outil d’accélération du progrès. De manière spécifique, les 50 commissaires ont débattu de la progression vers l’atteinte des OMD et ont exprimé leurs points de vue sur l’évolution de l’Internet jusqu’en 2020. L’autre but de la réunion était de lancer le rapport intitulé The State of Broadband 2014 Report: Broadband for All (« Rapport 2014 sur l’évolution du large bande : la bande large à la portée de tous »), qui présente une évaluation des tout derniers développements en matière de transmissions large bande à travers le monde et les progrès accomplis dans l’atteinte des cibles que s’est fixées la Commission.

La BAD s’est fermement engagée dans le développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) sur le continent, et elle a déjà passé en revue les progrès accomplis par l’Afrique dans son ouvrage Rapport : Connecter l’Afrique 2013. Ce rapport comprend une évaluation des différentes initiatives de déploiement du large bande en Afrique. Il fait ressortir que bien que les pays africains aient accompli des progrès considérables dans le domaine des TIC, ils doivent redoubler d’efforts pour faire passer ce déploiement à un niveau supérieur, surtout à travers l’élaboration de cadres réglementaires nécessaires à son accélération.

Au cours de la réunion de la Commission sur la large bande, Alex Rugamba, directeur du Département de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique de la BAD, s’est exprimé au nom du président du la Banque, Donald Kaberuka, et a insisté sur les considérations suivantes : « Bien que les réseaux de fibre optique aient été allongés de près de moitié entre 2009 et 2011, cela reste insuffisant pour les pays du continent africain, car leur croissance est beaucoup plus rapide. Nous devons redoubler d’efforts, faire de notre mieux pour faire prendre conscience de la valeur de la connectivité à large bande et prendre les mesures qui aboutiront à l’augmentation des investissements du secteur privé dans le développement des TIC ».

Le lancement de l’Alliance SMART Africa présidé par le président Kagame est d’une importance cruciale, a souligné Rugamba. Par le biais de cette initiative qui réunit les acteurs publics et privés clés au niveau régional dans le but de favoriser une meilleure compréhension des TIC parmi ceux qui autrement ne s’intéresseraient pas à ce secteur, de nouvelles ressources destinées à assurer le développement de la large bande pour tous pourront être mobilisées.

________

Contact technique : Nicholas Williams, responsable d’ICT 4 Development, n.williams@afdb.org
Contact média : Pénélope Pontet de Fouquières, Département des communications, de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique, p.pontetdefouquieres@afdb.org