BAD-Algérie : Stimuler la compétitivité économique à travers le renforcement des capacités de la Caisse nationale d’équipement

10/09/2012
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) et l’Algérie ont, depuis quelques années, donné une nouvelle impulsion à leur partenariat, en faisant de l’assistance technique, un facteur déterminant de promotion de l’économie du pays.

Pour un financement de 600.000 UC, soit environ 725.000 Euros, cette assistance  de la BAD à la Caisse Nationale d’Equipement pour le Développement (CNED), s’est traduite spécifiquement par le renforcement des capacités opérationnelles. Le financement a été approuvé en mai 2007 et financé sur les ressources du Fonds d’assistance technique des pays à revenu intermédiaire (PRI).

Institution publique à caractère économique, la CNED relève du ministère des finances et bénéficie d’une autonomie de gestion, créée pour assumer la mission d’évaluation des grands projets d’investissements publics, en vue d’accroître l’efficience de la dépense d’équipements de l’Algérie.

L’assistance technique de la BAD avait pour objectifs, d’appuyer la formation spécialisée des cadres de la caisse en matière d’évaluation et de suivi des projets de grande envergure ; et de contribuer à la mise en place d’un système d’information et d’une banque de données documentaire nécessaire à l’évaluation et au suivi de ces grands projets.  Plus spécifiquement, trois domaines de concentration sont retenus au titre de cette coopération que sont : le renforcement des capacités de l’Administration publique ; le développement du secteur privé ; et l’intégration régionale. Pour Mme Diarra Thioune, représentante résidente de la BAD dans le pays, « il s’agit d’une expérience réussie de projet d’assistance technique, qui préfigure une dynamique de la coopération entre la Banque et l’Algérie.». « Le partage, avec le reste du continent, des expériences réussies de projets d’assistance technique est également un aspect important de la coopération de la Banque avec l’Algérie, a-t-elle souligné.

«L’Algérie est favorable pour mettre à la disposition des autres pays africains son expérience en matière de management des grands projets, a dit, pour sa part, Farouk Chiali, directeur général de la CNED, ajoutant que « le projet jouera un grand rôle dans la réalisation de l’ambitieux programme de diversification que l’Algérie s’est fixée et que les Experts de la CNED étaient disposés à apporter leur assistance technique et leur savoir-faire.»

L’assistance technique de la BAD a permis de renforcer les capacités de la  CNED dans les domaines de l’analyse et l’évaluation de la faisabilité économique, technique, sociale et financière des grands projets d’investissements. Elle a également contribué à accroître son expertise en matière de suivi de la réalisation et d’évaluation rétrospective des projets. En outre, avec la mise en place de la base de données documentaire, cette assistance technique permettra à la CNED, aux ministères techniques et aux maîtres d’ouvrage de disposer d’un véritable outil d’aide à la décision et par conséquent d’améliorer leur efficacité.

Les deux composantes de l’assistance technique (Formation et mise en place du système d’information et d’une banque de données) ont été mises en œuvre, se traduisant par la formation, après un cycle de formation de cinq mois, d’une trentaine de cadres aux techniques modernes d’évaluation et de suivi des projets de grande envergure. Le deuxième volet du programme devrait s’achever en décembre 2012. Un motif de soulagement pour le directeur général, qui s’est félicité de la bonne collaboration avec la BAD. «L’apport de BAD et notre projet sont en très grande convergence,» a-t-il dit.