La BAD et le Kenya signent un accord de prêt de plusieurs millions de dollars US pour le financement d’un projet d’interconnexion électrique et de l’amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur

06/12/2012
Share |

La Banque africaine de développement a signé, jeudi, deux accords de prêt  avec le Gouvernement du  Kenya pour un montant de plusieurs millions de dollars, en vue du financement d’un projet d’interconnexion électrique et de l’amélioration  de la qualité de l’enseignement supérieur du pays.

Le premier prêt, d’un montant de 115 millions USD, servira au financement de la construction d’une  interconnexion électrique multinationale, reliant l’Ethiopie et le Kenya, avec 1068 km de courant continu haute tension (CDHV) conduit par une ligne de transmission 500 kV et  des convertisseurs CA/CC aux postes de  Wolayta-Sodo (Ethiopie) et de Suswa (Kenya) avec une puissance de transfert électrique pouvant atteindre  2 000 MW. Le projet sera lancé au mois de novembre 2017.

Le deuxième projet de USD 43 millions relatif à l’amélioration de la qualité et de la pertinence de l’enseignement supérieur des sciences et de la technologie contribuera à améliorer la qualité et la pertinence des facultés d’ingénierie conformément à la vision  2030  du Kenya et de répondre aux aspirations de la Communauté de l’Afrique de l’Est en matière de ressources humaines. Le projet envisage d’aider à porter le nombre d’ingénieurs qualifiés et compétents de  6,350 en2012 à près de 12,000 d’ici à  2017 en vue de la relance des secteurs clés mentionnés dans la Vision 2030. Le projet sera axé sur six écoles supérieures constituantes d’université et de deux universités , qui auront pour principale mission d’assurer la conformité des STI aux recommandations du Comité de certification des ingénieurs du Kenya (KERB) .

Les accords de prêt ont été signés par Gabriel Negatu, directeur régional pour l’Afrique de l’est de la BAD et M. Robinson Githae, ministre Kenyan des Finances  
Dans une brève allocution à l’issue de  la cérémonie de signature, M. Negatu  a déclaré : “Venant après  l’achèvement avec succès de l’autoroute de  Thika  le mois dernier, la BAD se lance aujourd’hui dans la construction d’une autre autoroute-  un projet d’interconnexion électrique  visant à promouvoir le commerce de l’électricité  entre les pays de l’Afrique de l’est. Il constitue ainsi, le premier pas vers la promotion de l’électricité abordable dans la région par le Pool énergétique d’Afrique de l’est (EAPP) desservant ainsi les pays en Afrique du nord comme l’Egypte  et les pays de la Communauté de développement de l’Afrique de l’est  par une connexion au pool énergétique de l’Afrique australe .”

Il a réitéré  l’engagement de la Banque à collaborer avec le gouvernement du Kenya dans l’exécution du projet, facilitant ainsi la production énergétique afin de promouvoir les actions de développent et le bien-être des populations du pays.  

M. Githae prenant la parole a loué les efforts de la BAD dans le développement du pays. “Notre collaboration avec la BAD se renforce d’année en année, surtout en ce qui concerne le financement des projets clés de développement, en particulier  dans le domaine des infrastructures, un secteur clé dans l’accomplissement de notre Vision 2030,”.

Un prêt de 115 millions USD destiné à financer le projet d’interconnexion électrique Ethiopie-Kenya

L’objectif du projet est de promouvoir le commerce de l’électricité et l’intégration régionale, de contribuer au développement économique et social des pays du Pool énergétique d’Afrique orientale (EAPP) et de réduire la pauvreté dans ces pays.

“Le projet vise à améliorer l’approvisionnement en électricité d’Ethiopie au Kenya augmentant ainsi la production électrique dans le pays.”, a indiqué M. Githae.

La demande d’électricité en Afrique de l’est est à la hausse par rapport à la production, et a pour conséquence des délestages de longue durée. Pour atténuer ce problème, les pays en question sont contraints de recourir à des groupes électrogènes de secours. Fort heureusement, la région a la chance de disposer d’une grande variété de ressources naturelles concentrées en Ethiopie. 

L’intégration des systèmes de production d’électricité de l’EAPP facilitera la valorisation à grande échelle des sources d’énergie propres et rentables dans la région, et notamment la mise en valeur des immenses ressources hydro-électriques de l’Ethiopie ; tout en comblant les déficits d’énergie.

Le projet fera de l’Ethiopie la centrale électrique  de la région et le Kenya le point principal du commerce électrique  dans la région de l’Afrique orientale. Il  promouvra les échanges économiques et l’intégration régionale et complétera certains projets en cours financés par la BAD, tels que l’interconnexion régionale des réseaux des pays des lacs équatoriaux du Nil dont l’exécution est en cours  pour assurer l’Interconnexion des réseaux électriques de cinq pays, le Kenya, l’Ouganda, le  Rwanda, le  Burundi et de la RDC.

Un prêt FAD de 28  millions D’UC ; projet d’appui à l’amélioration de la qualité et de la pertinence de l’enseignement supérieur des sciences et de la technologie

Le projet envisage d’aider à porter le nombre d’ingénieurs qualifiés et compétents de 6350, en  2012,  à prés de  12 000 d’ici à  2017, en vue de la relance des secteurs clés mentionnés dans la  Vision 2030. Le projet sera axé sur six établissements supérieurs constituants d’université  et deux universités; qui auront pour principale mission d’assurer la conformité des IST aux recommandations du Comité de certification des ingénieurs du Kenya (KERB)

Le projet participera également à l’augmentation du nombre de personnel qualifié en ingénierie et sciences appliquées , y compris les femmes, en leur offrant une formation de niveaux maitrise et doctorat.

“ Selon les estimations, il faudrait 30 000 ingénieurs, 90 000 électriciens et 400 000 artisans, pour ne pas compromettre les perspectives de croissance économique à moyen et à long terme et saper la position stratégique du pays comme  locomotive économique  de la région,” a indiqué M. Negatu.

En outre, ce projet servira à la promotion de l’Institut Wangari Maathai pour la Paix et des Etudes,  en vue d’améliorer la qualité des connaissances appliquées et les compétences techniques dans la gestion de l’environnement et des ressources naturelles. Le projet sera mis en œuvre entre 2013 et 2017.