La BAD et le Liberia signent de deux accords de 56 millions de dollars EU pour un appui budgétaire et des travaux publics

15/08/2011
Share |

La Banque ouvre un bureau à Monrovia

Les efforts du gouvernement libérien pour accélérer la croissance économique et réduire la pauvreté ont reçu un appui, le 11 août 2011, avec la signature de deux accords de don de 56 millions de dollars EU (35 millions d’unités de compte) visant à améliorer la gestion des finances publiques et la capacité d'entretien des infrastructures dans les travaux publics.

Se composant d’un don d’appui budgétaire de 48 millions de dollars EU et d’un don supplémentaire de 8 millions de dollars EU destiné aux infrastructures, les accords ont été signés à Monrovia par Bobby Pittman, vice-président Opérations, infrastructures, secteur privé et intégration régionale de la BAD, et Augustin Kpehe Ngafuan, ministre des Finances du Liberia.

Prenant la parole à cette occasion, le vice-président Pittman a félicité le ministère des Finances pour la modernisation du système libérien de gestion des finances publiques. Il a salué le lancement et le déploiement du système informatique intégré de gestion des finances (SIGEFI), du système intégré de l'administration fiscale (ITAS), et du système douanier automatisé (SYDONIA).

M. Pittman a réitéré l'engagement de la Banque à soutenir la consolidation des réformes dans la gestion des finances publiques et la promotion d’un environnement propice aux affaires.

Approuvé en juin, le don en faveur du programme d’appui à la gouvernance économique et à la compétitivité (EGCSP) sera décaissé en trois tranches, entre 2011 et 2014. L'objectif primordial du programme est d'accélérer la croissance économique et de réduire la pauvreté par le soutien à la réforme de la gouvernance financière et économique. Il vise à :

  • méliorer la discipline fiscale ainsi que l'efficacité et l'efficience des dépenses publiques;
  • Renforcer la gestion des recettes, y compris la transparence et l’obligation de rendre compte en matière de revenus tirés des industries extractives;
  • Améliorer la compétitivité des entreprises.

Pour sa part, le sénateur John Ballout, du comté du Maryland, qui représentait les communautés devant bénéficier directement du projet de réhabilitation de la route Fish Town-Harper, a félicité la Banque pour son soutien. Il a exprimé l'espoir de voir la route bientôt bitumée.

Le don supplémentaire permettra de financer les activités d'amélioration des capacités au ministère des travaux publics ainsi que celles des entrepreneurs et des collectivités locales, pour entretenir les routes en utilisant les méthodes HIMO à forte intensité de main d’œuvre. Le projet encourage aussi la participation des femmes et des jeunes dans l'entretien des infrastructures socio-économiques, pour faciliter la diversification des activités économiques.

Lancé en décembre 2007, avec l’approbation par la Banque d’un montant de 24 millions de dollars EU (15,24 millions d'unités de compte) en appui à un projet de travaux publics à haute intensité de main-d'œuvre, il est conçu pour améliorer les moyens de subsistance et les prestations de services au Libéria. La Banque a en outre approuvé le don supplémentaire en juin 2011, afin de permettre une mise en œuvre adéquate de la composante «développement des capacités d’entretien des infrastructures » du projet. Il s’agit de la réhabilitation des 125 kilomètres de la route Fish Town-Harper, actuellement achevée à 70 pour cent, ainsi que de travaux dans les  écoles et les centres de santé des comtés du Maryland et de River Gee. Les méthodes de travail à haute intensité de main d’œuvre utilisées dans l'exécution du projet ont contribué à la réduction du chômage et de la pauvreté, par la création d'opportunités d'emplois pour les habitants de la zone du projet.

La Banque appuie actuellement plus de dix projets dans cinq grands secteurs au Libéria, à hauteur de plus de 160 millions de dollars EU. Parmi ceux-ci se distinguent le programme de gouvernance économique et d'appui institutionnel (48 millions de dollars EU), le projet d’alimentation en eau et d’assainissement en zone urbaine (41,6 millions de dollars EU) et le projet de réhabilitation du secteur agricole (20 millions de dollars EU).

Parallèlement, la Banque a renforcé son appui au Libéria avec l'ouverture de son bureau à Monrovia, dans la ligne du programme de décentralisation de l'institution. La représentante résidente du Bureau, Maggie Hilda Kilo, présenté cette semaine sa lettre de nomination au gouvernement libérien. Mme Kilo avait précédemment servi comme représentante de la Banque en Sierra Leone et cheffe de l'Unité des Etats fragiles.