BAD-Maroc : prêt de 100 millions d’euros pour la réforme de l’administration publique

07/07/2010
Share |

Le Groupe de la BAD et le Maroc ont conclu, mardi 6 juillet 2010 à Tunis, un prêt d’une valeur globale de 100 millions d’euros pour le financement de la quatrième phase de son programme d’appui à la réforme de l’administration publique (PARAP IV) marocaine. Ce projet s’inscrit dans le cadre des réformes de l’administration et de la gouvernance amorcées depuis 2002 dans le pays. Il vise l’amélioration de la gouvernance et l’efficacité des services publics, en vue du développement humain et de prestation de services de qualité en conformité avec les normes et standards internationaux. La documentation juridique relative à cet accord a été signée, par l’ambassadeur du Maroc, M. Najib Zérouali Ouariti et le vice-président, programmes pays et politiques de la Banque africaine de développement, M. Aloysius Ordu.

Intervenant à cette occasion, le vice-président Ordu a indiqué que « le Maroc est un client modèle de la BAD » avec un portefeuille de 2 milliards d’unités de compte, pour 20 projets. Le vice-président a également relevé l’approche programmatique adoptée par le gouvernement pour régler les problèmes qui minent son administration publique. Les secteurs d’interventions choisis par le Maroc sont en droite ligne avec la stratégie à moyen terme de la Banque. Selon le vice-président Ordu, le Maroc a enregistré des avancées importantes dans la mise en œuvre de son programme de réforme de l’administration publique – réformes qui ont permis notamment d’améliorer significativement la stabilité macroéconomique, d’avoir une plus grande visibilité dans l’allocation des ressources publiques et de soutenir la déconcentration administrative en tant que vecteur du processus de régionalisation. M. Ordu, s’est félicité de la coopération "forte" entre l’institution et le pays, notant que « le Royaume compte pour la Banque en tant que client et partenaire important». Le vice-président de la BAD a relevé que  «Plusieurs projets au Maroc s’inscrivent bien dans la dynamique de la stratégie à moyen terme de la Banque».Il a ainsi cité des projets d’infrastructures, d’eau et de gouvernance financés par la Banque dans le pays.

Pour sa part, M. Najib Zérouali Ouariti a salué ce quatrième appui du genre, qui contribuera aux efforts de développement économique et social de son pays. Pour le diplomate, «la signature du PARAPA IV s’intègre parfaitement dans le cadre des priorités de l’action gouvernementale, dans la mesure où le projet contribuera également et surtout à l’uniformisation de l’emploi et des salaires dans l’administration publique, véritable outil de développement». Mon pays, poursuivra-t-il, se réjouit de ce que la BAD soit le premier partenaire avec de nombreux projets structurants. « Toutes ces réformes montrent bien que notre coopération «est excellente», a-t-il conclu.

Depuis 1967, date du démarrage de la coopération entre le Maroc et le Groupe de la BAD à 2009, plus de 103 opérations ont été financées dans le Royaume chérifien avec un large éventail de secteurs allant de l’agriculture aux infrastructures. Ces dernières années, un accent particulier a été mis sur le financement des réformes structurelles et des programmes multisectoriels.