Rwanda : la BAD octroie deux financements pour doper les compétences dans l'énergie et la collecte des recettes fiscales des collectivités

18/12/2013
Share |

Le 16 décembre 2013, à Kigali, la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement du Rwanda ont signé deux accords de financement pour appuyer le développement des compétences dans le secteur de l'énergie d’une part, et la mobilisation des recettes des collectivités locales, d’autre part.

S’agissant du premier volet, celui du développement des compétences dans l’énergie, 800 000 dollars EU ont été octroyés via le Fonds d'assistance au secteur privé africain (FAPA), afin d’appuyer l'objectif que s’est fixé le Rwanda d'accroître la capacité de production d'énergie de 110,8 MW actuels à 563 MW en 2017-2018. Pour ce faire, une assistance technique est menée conjointement par les départements OPSM (secteur privé) et OSHD (développement humain) de la Banque.

Quant au deuxième volet, 482 700 dollars EU ont été accordés via le Fonds fiduciaire pour la gouvernance (dit “GTF” en anglais), pour mettre en place un système, moderne et efficace, de gestion des revenus publics, dans trois collectivités urbaines : districts de Gasabo, de Nyarugenge et de Kicukiro. L’objectif est d’optimiser l'administration fiscale et le recouvrement, le Rwanda souhaitant notamment réduire sa dépendance à l’égard des bailleurs de fonds.

Claver Gatete, ministre des Finances et de la Planification économique du Rwanda, et Negatu Makonnen, représentant résident de la BAD au Rwanda, ont ratifié les deux accords, au nom, respectivement, du gouvernement rwandais et de la Banque.

Le don d'assistance technique du FAPA a pour objectif général de financer certaines des dépenses requises pour développer les compétences dans le secteur de l'énergie au Rwanda, afin d’aider à accroître la compétitivité et la productivité des entreprises, tant publiques que privées, opérant dans le secteur de l'énergie. Pour ce faire,  des ressources humaines opérationnelles et qualifiées seront fournies. Cette assistance vient à point nommé, au vu du cadre de mise en œuvre de la Stratégie de réduction de la pauvreté du Rwanda et les réformes engagées dans le secteur de l'éducation, en vue de former les compétences correspondant aux besoins des secteurs économiques émergents et prioritaires , tout en fournissant des emplois aux jeunes. L’aide du GTF financera quatre activités clés, parmi lesquelles la personnalisation d'une licence d’un logiciel de gestion de recettes, l'installation dudit logiciel et la conduite des tests dans les trois districts, le développement des processus d'affaires pour le système de gestion des recettes, ainsi que le suivi de la gestion du changement auprès du personnel de  l'administration fiscale dans les trois districts ciblés et de la “Rwanda Revenue Authority”, chargée de la fiscalité locale. En plus d'optimiser la mobilisation des recettes au niveau de l'administration locale au Rwanda, le système automatisé de gestion devrait également améliorer l'accès à l'information sur le sujet : un portail en ligne permettra aux citoyens rwandais de suivre de quelle façon leurs dirigeants utilisent ces revenus fiscaux, et donc d’améliorer la responsabilisation en matière de demande et de prestation des services publics.

Le Fonds d'assistance au secteur privé africain (FAPA) est un fonds fiduciaire, thématique et multi-donateurs, dont les dons sont dévolus à l'assistance technique et au renforcement des capacités, en vue de soutenir la stratégie de développement du secteur privé de la BAD. Le FAPA, qui a accordé, à ce jour, 42 millions de dollars EU à un total de 47 projets répartis sur le continent africain, a pour contributeurs le gouvernement japonais, la Banque africaine de développement, la Banque autrichienne de développement et le gouvernement autrichien. Le portefeuille du FAPA englobe des projets régionaux et nationaux, dans des secteurs tels que l’amélioration de l’environnement des affaires, le soutien aux institutions financières, aux infrastructures, au commerce ainsi qu’aux micros, petites et moyennes entreprises.

Créé en 2010, le Fonds  spécial pour la gouvernance (GTF) est également un fonds spécial thématique multi-donateurs, destiné quant à lui à aider les pays membres régionaux (PMR) à bâtir des Etats capables et réactifs, en renforçant la transparence et la responsabilisation dans la gestion des ressources publiques – un objectif en phase avec le Plan d'action de gouvernance de la Banque (PAG). Plus précisément, le GTF soutient les idées novatrices en matière de gouvernance économique et financière, qui révèlent un potentiel capable de promouvoir le changement et d’obtenir des résultats dans le cadre du PAG. Les engagements financiers qui alimentent le fonds s’élèvent à un total de 6,8 millions de dollars EU, octroyés par les gouvernements norvégien, suédois et suisse, outre le Fonds fiduciaire nordique pour la gouvernance. 21 projets à travers toute l’Afrique ont bénéficié du GTF.