La BAD et la Tunisie signent un prêt de 387,6 millions d’Euros pour soutenir les réformes et accompagner la transition du pays

29/11/2012
Share |


La Banque africaine de développement, représenté par son Vice-président, Ndoumbe Lobé et le Ministre tunisien de l’Investissement et de la Coopération internationale, Riadh Bettaieb, ont signé un accord de prêt pour le financement d’un programme d’appui à la relance économique et au développement inclusif (PARDI) de la Tunisie d’un montant de 387,6 millions d’euros, suite à l’approbation du prêt par le Conseil d’Administration de la BAD, en sa réunion du 28 octobre 2012.

« Ce programme vise à aider notre pays à dépasser avec succès cette phase transitoire et ce à travers une réponse rapide et efficace aux besoins urgents et immédiats engendrés par la révolution » a déclaré le ministre.

Le programme s’inscrit dans la continuité du programme d’appui à la gouvernance et au développement inclusif approuvé en mai 2011, et l’appui de la BAD à la Tunisie postrévolutionnaire.  Il  renforce son appui aux thèmes de la croissance économique et à la réduction des disparités régionales. « Le nouveau programme cherche à mettre le pays sur le chemin de la croissance inclusive et à répondre aux besoins exprimés par la population grâce à une série de mesures visant la réduction des disparités, la promotion de la croissance, la compétitivité et l’employabilité » explique la Directrice du département Développement Humain à la BAD, Mme Agnès Soucat.

L’emploi demeure un grand défi pour le pays et constitue un pilier majeur de ce programme qui vise à relancer l’économie par l’amélioration du climat des affaires, le développement de la microfinance et le renforcement de l’efficacité et de la gouvernance des programmes actifs d’emploi. Trois objectifs sont ainsi ciblés, la réduction des disparités régionales et la lutte contre l’exclusion, l’impulsion d’une croissance inclusive, l’accroissement de l’employabilité et la compétitivité, et le Renforcement de la participation citoyenne, la redevabilité et la transparence.

Le programme aspire également à corriger les insuffisances du programme actif d’emploi et à améliorer l’efficacité des systèmes d’insertion sur le marché du travail. Il soutient le nouveau programme d’encouragement à l’emploi à travers un meilleur encadrement et une meilleure insertion des jeunes chercheurs d’emploi grâce à  des critères de sélection plus ciblés et un suivi continu des bénéficiaires. Il cherche en outre à améliorer la qualité de l’enseignement et une responsabilisation accrue des institutions académiques dont l’objectif est d’assurer une meilleure adéquation entre la formation et les exigences du marché de l’emploi. Enfin, les efforts du gouvernement sont soutenus dans la conception et la réalisation de la stratégie nationale de l’emploi.

Autre chantier important, le développement régional, dont l’appui par le PARDI se concrétise à travers des réformes concrètes dans la fiscalité locale et une consolidation des programmes de protection sociale pour un meilleur ciblage et une plus grande efficacité, en particulier dans les régions défavorisées.

« Afin de relancer l’économie et d’accélérer la croissance à moyen terme, le pays a besoin de réformes structurelles et courageuses » constate le Directeur du département Afrique du Nord de la BAD, M. Jacob Kolster. « L’appui budgétaire vise donc à encourager le gouvernement à poursuivre et accélérer les réformes, tout en donnant une marge de manouvre pour permettre  une politique de relance économique et les investissements nécessaires au rétablissement de la croissance. Le prêt sera accompagné d’une série de mesures d’assistance technique ».

Le programme d’appui à la relance économique et au développement inclusif est cofinancé par la Banque mondiale et l’Union Européenne.