La BAD et le GBM organisent un atelier conjoint sur les enseignements tirés de l’Initiative pour l’énergie solaire concentrée dans la région MENA

18/07/2012
Share |

L’atelier fournit une plateforme des parties prenantes sur les meilleures pratiques et les prochaines étapes vers une amélioration

La Banque africaine de développement (BAfD) et le groupe de la Banque mondiale (GBM) ont tenu un atelier conjoint pour examiner l'état des projets dans le cadre du Fonds pour les technologies propres (FTP) et le plan d’investissement pour l’énergie solaire concentrée (ESC) dans la région MENA, auprès desquels ces organismes sont tous les deux des agences d’exécution.

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) abrite le premier plan régional d'investissement du FTP qui vise à tripler les capacités d'énergie solaire concentrée (ESC) dans le monde. Le plan d'investissement MENA-ESC offre un effort régional concerté pour accélérer le déploiement de 1 GW de capacité de production d’ESC et exploiter les nombreuses ressources énergétiques solaires de la région. Le plan dans la région MENA fait partie du renforcement du réseau méditerranéen qui permettra d’augmenter l’énergie solaire concentrée grâce à l'intégration du marché dans la région. Une fois mise en œuvre, ce sera l'un des plus grands développements d’énergie solaire concentrée dans le monde.

L'objectif de l'atelier était de fournir une plateforme aux intervenants pour examiner l'état des projets et partager des connaissances entre les pays participants aux efforts de développement et de mise en œuvre de l’énergie solaire concentrée de la région et dans le monde. Pour garantir le succès de l’Initiative MENA-ESC, il est essentiel de maintenir le cap et de communiquer les enseignements tirés, et cet atelier servira à informer des efforts à l'avenir.

Le projet marocain de Ouarzazate, étant le projet le plus avancé dans le cadre du plan d'investissement, a présenté des perspectives positives, si l’on examine le programme de manière intégrée. L’approche comportait un volet sur la production d'énergie, l'intégration industrielle, la recherche et le développement, ainsi que le développement des compétences. Compte tenu de la complexité de ce programme, la coordination des efforts concertés est cruciale.

« Les défis actuels en matière de développement du projet et de structuration peuvent être surmontés de façon plus efficace par la coopération et le partenariat entre les pays », a déclaré Junaid Ahmed, Directeur du développement durable dans la région MENA au sein du groupe de la Banque mondiale.

D'autres pays du plan d'investissement de l’ESC de la région MENA tels que la Jordanie, l'Egypte, la Tunisie et l'Algérie, s'appuieront sur l'expérience internationale à mesure qu'ils avancent dans leurs propres projets en matière d’énergie solaire concentrée.

Il a été encourageant de voir le degré d'engagement politique affiché, pas seulement en provenance des pays de la région MENA, mais aussi dans d'autres parties du monde, afin d'inclure les énergies renouvelables dans leur bouquet énergétique. Les représentants des projets en ESC en Afrique du Sud, en Chine, au Botswana et en Inde étaient également présents pour partager leurs expériences.

Une leçon clé qui a émergé des discussions partagées est qu'il n'y a pas de modèle figé, mais plutôt des modèles économiques différents et adaptés aux conditions et aux besoins du contexte local. Ceci donne une promesse importante pour d'autres occasions d'apprentissage et la production de connaissances.

« L'énergie renouvelable est très prometteuse pour l'Afrique », a déclaré Mafalda Duarte, spécialiste en chef sur les changements climatiques à la BAfD et coordinatrice des fonds d’investissements climatiques. « Nous devons attirer l'attention sur ces projets et encourager l'utilisation généralisée des énergies renouvelables, y compris l’ESC qui est très prometteuse en Afrique compte tenu de son potentiel de rayonnement solaire éprouvé, pour accroître l'accès à l'énergie, des économies africaines vertes et pour tenir ses promesses en matière de développement durable. »