La BAD et la Banque mondiale s’engagent pour un montant de 1 milliard USD en soutien à la Tunisie

03/05/2011
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale prévoient de fournir un milliard USD pour soutenir la Tunisie à la suite de la rencontre des présidents des deux institutions qui s’est tenue à Tunis, le 3 mai 2011. Par cette action conjointe, chaque banque s’engage à fournir 500 millions USD en appui budgétaire d’urgence au pays.

Le président de la BAD, Donald Kaberuka, s'est félicité de la visite de son homologue de la Banque mondiale, Robert Zoellick, au siège de l’Agence temporaire de relocalisation de la BAD dans la capitale tunisienne.

Cette opération conjointe est le signe d’une coopération renforcée entre les deux banques multilatérales, et M. Kaberuka a remercié la Banque mondiale pour sa coopération.

«Nous travaillons ensemble très étroitement pour soutenir la Tunisie en cette période de transition. Je suis heureux que le président de la Banque mondiale soit à mes côtés pour confirmer notre appui aux Tunisiens, et veiller à ce que le pays continue de se développer" a-t-il déclaré.

M. Kaberuka a ajouté:” Nous sommes très heureux de recevoir Bob Zoellick aujourd’hui. Je pense que sa visite ici à la Banque et en Afrique du Nord est extrêmement importante et est un signe de confiance dans la région.

Pour sa part, M. Zoellick a déclaré : « Nous sommes absolument ravis qu’en Tunisie, la Banque africaine de développement et la Banque mondiale ont pu témoigner  très tôt, de signes de soutien aux réformes qui, je pense, sont très importants pour la confiance du pays. Ces réformes, a-t-il remarqué, comprennent « certaines étapes pour l’amélioration de la gouvernance, de la transparence, des lois sur la liberté d’association, et également des efforts pour créer du travail et améliorer le secteur de l’emploi et se concentrer sur les régions défavorisées »

M. Zoellick a ajouté: "J'ai toujours trouvé en Donald durant de nombreuses années  un conseiller et un soutien formidable, et nous sommes en train d’approfondir les liens avec la Banque africaine de développement".

«Donald et moi sommes convenus que ce moment est vraiment  historique pour la Tunisie et la région toute entière. Nous voulons aller de l’avant et soutenir un processus qui n'est pas seulement important pour le peuple de la Tunisie, mais également important pour l'histoire " a  t-il poursuivi.