Rio+20: WWF et la Banque africaine de développement appellent les dirigeants à investir dans le capital naturel de l'Afrique

21/06/2012
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) et le Fonds mondial pour la nature (WWF) ont publié un rapport conjoint sur l'état de l'environnement en Afrique et appellent les dirigeants mondiaux à investir dans le capital naturel de l'Afrique. Le rapport visant à encourager les décideurs à investir dans le développement durable de l'Afrique  est présenté à Rio +20, lors d’un événement organisé par le gouvernement du Sénégal .

Alors que des dirigeants se rassemblent au Brésil cette semaine, le WWF et la BAD encouragent les secteurs public et privé à investir dans le capital naturel de l'Afrique. "L'Afrique doit se rallier autour de cet objectif, non seulement parce que les donateurs le demandent, mais parce que c'est notre responsabilité de protéger nos écosystèmes." Le président de la BAD, Donald Kaberuka, souligne en outre que "nous devons renforcer la coopération entre les dirigeants qui partagent un intérêt commun à travers les continents à favoriser la transformation économique. Nous devons en faire une réalité, ensemble. "

Au cours de la prochaine décennie, des décisions importantes seront prises en termes de grandes infrastructures, de planification des ressources et de développement économique. Investir dans le capital naturel, maintenant, garantira une sécurité écologique et financière à l'avenir. Pendant que les  dirigeants mondiaux se réunissent à Rio+20, le WWF et la BAD les appellent à agir de manière décisive sur les fondements d'un programme de croissance verte, à savoir, le renforcement de la résilience écologique et la capacité des systèmes naturels, vivre à l'intérieur des limites planétaires et promouvoir des mesures de progrès social qui intègrent la valeur des écosystèmes.

Le « Rapport sur l’empreinte écologique de l’Afrique – une infrastructure verte pour la sécurité écologique de l'Afrique » porte sur la santé des systèmes naturels de l'Afrique et sur son empreinte - la surface de la terre et de la mer nécessaire pour la pérennité d’un groupe particulier. Les évolutions dans les deux domaines sont préoccupantes. Les systèmes naturels de l'Afrique subissent de fortes pressions et la biodiversité a diminué de 40% en 40 ans. Dans le même temps, les augmentations de la population et des modèles de consommation devraient doubler l'empreinte de l'Afrique d'ici 2040.

Si l'Afrique continue sur un scénario de « statu quo », ces deux pressions - la réduction de la capacité de la nature à perpétuer la vie et une consommation plus vorace des ressources - nuiront à sa capacité à soutenir le développement nécessaire et équitable sur le long terme, notamment la satisfaction des besoins les plus élémentaires de la vie: la nourriture, l'eau et le carburant.

L’Afrique est bien placée pour agir. De nombreux pays africains ont encore une faible empreinte, leur permettant d’adopter des technologies et des modes de vie économes en ressources, contournant les voies de développement inefficaces suivies par d'autres pays. Ceci implique qu’il faille trouver des solutions qui, à la fois, encouragent le développement social et préservent la nature. « Nous devons maintenir notre crédibilité lorsque nous parlons de l'environnement, nous ne pouvons pas nous contenter d’écarter le développement », souligne le Directeur Général de WWF, Jim Leape. « Nous devons trouver des solutions concrètes pour satisfaire ces deux éléments. »

A titre d’exemple, les récifs coralliens dans l'océan indien occidental sont évalués à environ 7,3 milliards de dollars par an. Ils favorisent la pêche côtière et artisanale, la protection des côtes contre l'érosion et les conditions météorologiques extrêmes, absorbent le dioxyde de carbone, et sont la base d'un secteur touristique prospère. L'investissement dans l'infrastructure verte va désormais assurer la bonne santé des systèmes naturels sur lesquels dépendent la vie et les moyens de subsistance.

Bien que le rapport fait  ressortir quelques évolutions sérieuses, il offre également des exemples d'initiatives à travers l'Afrique, où le capital naturel est préservé pendant que le développement social et économique bénéficie aux populations rurales.

A titre d’exemple, la région du lac Naivasha génère 70% des exportations de fleurs coupées du Kenya et 20% de ses exportations de légumes, contribuant par des centaines de millions de dollars à l'économie nationale chaque année. Grâce à un paiement pour l'environnement des services système (PSE), l'industrie horticole paie les agriculteurs en amont afin de préserver les ressources en eau sur lesquelles l'industrie horticole dépend. Ce régime permet non seulement de préserver les écosystèmes d'eau douce qui sont précieux, mais profite également aux petits agriculteurs en augmentant leurs rendements et leurs revenus, et assure un approvisionnement propre et durable de l'eau pour les exploitations commerciales.

Un autre exemple de la façon dont une politique intelligente et l'investissement peuvent faire une différence est l'Initiative sud-africaine des énergies renouvelables. Cette initiative, mise en place pour accomplir le plan des ressources intégrées de l'Afrique du Sud, canalise le financement public international dans le développement et la distribution de l'énergie renouvelable. L’Afrique du Sud prévoit d'ajouter 19 GW d'énergie renouvelable au réseau électrique national en 2030, allant de 0% à 14% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique total dans deux décennies. En plus d’accroître l’accès à l’énergie des Sud-Africains, ce projet permettra également d'encourager les technologies vertes et les emplois dans la région.

Contexte:

La BAD et le WWF ont officiellement conclu un partenariat en juillet dernier, acceptant de se concentrer initialement sur trois domaines de coopération: le développement de partenariats gagnants avec les économies émergentes et le renforcement de la coopération Sud-Sud, le partage des connaissances pour la croissance verte et le développement durable, la collaboration sur la gestion des ressources énergétiques et de l'eau et le changement climatique. Ce rapport est le premier produit conjoint de ce partenariat.

Avec le triplement récent de sa capitalisation à 100 milliards de dollars, la BAD est l’institution multilatérale de développement du financement en Afrique la plus importante. Alors que le continent est confronté à une croissance rapide des ressources économiques et de la population et à davantage de pressions climatiques, la BAD joue un rôle essentiel pour assurer le développement durable et équitable.

Le WWF est la plus grande organisation environnementale et non-gouvernementale dans le monde et a été active en Afrique depuis sa fondation il y a plus de 50 ans. Le WWF travaille en collaboration avec les gouvernements, les entreprises et les collectivités locales pour assurer la conservation et le développement durable dans le monde entier.