La BAD et WWF s’engagent ensemble pour l’environnement en Afrique

20/07/2011
Share |

Genève, le 20 juillet 2011- La Banque africaine de développement (BAD) et le Fonds Mondial pour la Nature (WWF) ont décidé de conjuguer leurs efforts sur les questions d’économie verte et de développement en Afrique. Les deux organisations ont signé à cet effet un accord de coopération, à Genève, le 20 juillet.

Les dirigeants des deux institutions ont décidé de mettre en lumière les liens croissants entre la protection de l’environnement et le développement durable, ainsi que la nécessité de se pencher sur les questions telles que l’adaptation et les mesures d’atténuation de l’impact du changement climatique, la biodiversité et les écosystèmes.

Le président de la BAD, Donald Kaberuka, a mis l’accent sur le ferme engagement de la Banque pour le développement durable et  pour le changement climatique. Il a souligné le potentiel qu’offre ce partenariat.

« Cet accord de coopération ne repose pas sur l’intérêt financier, mais en réalité sur le potentiel des synergies et les avantages comparatifs des deux organisations, ainsi que leur capacité à répercuter la voix de l’Afrique », a déclaré le président de la BAD.

Le partenariat se focalisera sur certaines des questions de durabilité les plus urgentes en Afrique, et la collaboration portera au début sur trois domaines : le développement de partenariats gagnant-gagnant avec les économies émergentes et le renforcement de la coopération sud-sud ; le renforcement du partage du savoir et des produits du savoir au profit de la croissance verte et du développement durable ; la collaboration sur l’énergie ainsi que sur la gestion des ressources en eau et le changement climatique.

“Nous avons confiance que notre partenariat avec la BAD produira des résultats concrets pour les populations africaines et pour les écosystèmes dont dépend leur avenir », a indiqué Jim Leape, directeur général de WWF International.

Les deux dirigeants sont convenus de se concentrer en priorité sur quelques initiatives concrètes, pratiques et innovantes, en adéquation avec leurs orientations stratégiques. Ils envisagent, par exemple, de collaborer sur une publication conjointe qui fera l’inventaire de l’état de la biodiversité et de l’empreinte écologique de l’Afrique. Cette publication devrait paraître à temps pour le Sommet de la Terre Rio+20 qui aura lieu en 2012 à Rio. Ils comptent également collaborer afin de contribuer à un résultat satisfaisant lors des prochaines négociations sur le changement climatique prévues à Durban, en Afrique du Sud, en décembre 2011.

Avec le triplement de son capital, la BAD est la plus importante institution multilatérale de financement du développement en Afrique. Et comme le continent connaît une croissance économique et démographique rapide, et que la pression sur les ressources et le climat monte, la BAD joue un rôle essentiel pour assurer le développement durable et équitable du continent.

Le WWF est la plus grande organisation non gouvernementale sur l’environnement, et il est actif en Afrique depuis sa fondation, il y a 50 ans. Le WWF collabore avec les gouvernements, les entreprises et les communautés locales pour la protection de l’environnement et le développement durable dans le monde entier.