Relance économique et le développement du Mali : la BAD dégage 60 milliards de FCFA pour renforcer la mobilité et la résilience des populations

28/01/2016
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) et le Mali ont signé le 25 janvier 2016 à Bamako , des accords de financements d’un montant global de 60 milliards de francs CFA, dont 40 milliards sous forme de prêts et 20 milliards en dons. Ces engagements interviennent dans le cadre du projet d’aménagement routier et de facilitation du transport sur le corridor Bamako-Zantiebougou-Kolondieba-Boundiali-San Pedro, projet multinational liant le Mali à la Côte d’Ivoire.

Les cosignataires étaient la représentante résidente de la Banque dans ce pays,  Hélène N'garnim-Ganga  et le nouveau ministre malien de l’Economie et des Finances, Boubou Cissé, en présence de son homologue de l’Equipement, du Transport et du Désenclavement, Mamadou Hachim Koumaré.

Financé par le Fonds africain de développement (FAD) et la Facilité d’appui à la transition (FAT) de la  BAD, ce projet  à  forts impacts,  permettra l’aménagement et le bitumage de 140 km de route et rendra ainsi effectif un corridor qui reliera Bamako au port de San Pedro. Résultats attendus : désenclavement du Mali et facilitation du transport des personnes et des biens. En effet, il traverse l’une des grandes zones de production agricole et aura un caractère inclusif et social affirmé à travers l’installation de systèmes d’éclairage solaire public dans diverses localités ainsi que la construction de centres multifonctionnels pour les associations de femmes, avec en prime, la fourniture de kits d’équipements de transformation des produits agricoles;

A retenir également, la réalisation de forages d’eau potable; l’aménagement de 100 km de pistes rurales ; la réhabilitation et l’équipement de centre de santé; la fourniture d’ambulance et de véhicules tricycles pour le transport des malades ainsi que l’aménagement de marchés locaux avec garderies d’enfants ainsi que de gares routières. Enfin, le projet permettra l’aménagement de voiries urbaines à Kolondiéba et la construction d’un poste de contrôle juxtaposé et d’un marché à bétail à la frontière entre le Mali et la Côte d’Ivoire.  Dans sa configuration ce projet, est le plus vaste jamais engagé au Mali.