Assemblées annuelles de la BAD - Forum ministériel sur l'efficacité de l'aide

11/05/2008
Share |

Assemblées annuelles de la BAD - Forum ministériel sur l'efficacité de l'aide

Maputo (Mozambique), le 11 mai 2008 – Les ministres africains des finances, les responsables d'agences multilatérales de développement, les dirigeants de grandes entreprises et les représentants de la société civile présents aux Assemblées annuelles 2008 du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), ont tenu dimanche à Maputo (Mozambique) des discussions approfondies sur les grandes questions de développement, en prévision du 3ème Forum de haut niveau sur l'efficacité de l'aide, qui doit se tenir en septembre 2008 à Accra (Ghana).

Le "Forum ministériel sur l'efficacité de l'aide" de Maputo, présidé par le ministre sud-africain des Finances, Trevor Manuel, a discuté des consultations sur le Plan d'action d'Accra, en vue de dégager un consensus sur la mise en œuvre de la Déclaration de Paris, dans le cadre des activités de préparation aux Assemblées annuelles 2008 du Groupe de la Banque.

"Nous pensons qu'Accra (HLF-3) peut et doit constituer un tournant dans la façon dont l'aide est mise en œuvre. C'est pourquoi, nous espérons des discussions et des échanges sincères, francs et honnêtes visant à approfondir, à enrichir et à faire progresser la réalisation des engagements pris dans la Déclaration de Paris, d'une façon positive et mutuellement bénéfique, a déclaré le Directeur par intérim du Département Ressources extérieures - Mobilisation multilatérale, du ministère ghanéen des finances, Addo Mary-Anne.

De son côté, le président du Comité OCDE-CAD, Eckhard Deutscher, a invité les pays partenaires à prendre un intérêt actif à la façon dont l'aide est fournie, en soulignant que le financement du développement et l'efficacité de l'aide étaient le dénominateur commun de la Déclaration de Paris. 

De nombreux participants ont souligné l'importance du soutien à l'intégration régionale et au secteur privé, considérés aujourd'hui comme les moteurs de la croissance et du développement dans le monde. A cet égard, ont-ils noté, le soutien apporté par les partenaires au développement n'est pas proportionné. Toutefois, ils ont également cité la multiplicité des organisations régionales, dont les activités de développement font parfois doublon ou vont à contre-sens, comme l'une des raisons pour lesquelles ces organisations ne sont pas en mesure de produire une plate-forme viable qui attire le soutien des donateurs. 

Le ministre tanzanien des Finances et des Affaires économiques, Mustapha Mkulo, a expliqué que l'aide sous forme d'appui budgétaire représente environ 15% du budget annuel de son pays. La Tanzanie œuvre à renforcer les piliers centraux de son programme de développement, à savoir l'agriculture, l'infrastructure, l'éducation, l'eau et l'énergie.

Dans une présentation, le Directeur du Département des politiques opérationnelles et normes, Philibert Afrika, a indiqué que les consultations préparatoires au FHN d'Accra avaient révélé des frustrations face à la lenteur de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris, aux questions non résolues de l'appropriation, du partenariat et de la responsabilisation mutuelle, et des préoccupations concernant le manque d'alignement de l'aide, le recours aux systèmes nationaux, la conditionnalité, la division du travail et les capacités. Des appels ont également été lancés pour un engagement constructif des fonds non-CAD (Comité d'assistance au développement) et des fonds verticaux.

La réunion pour les derniers préparatifs avant le FHN-3 Afrique s'est tenue à Kigali le mois dernier et bien plus tôt en Asie. Les réunions pour l'Amérique Latine et le Moyen-Orient doivent encore avoir lieu.

La Déclaration de Paris, entérinée le 2 mars 2005, est un accord international dans lequel plus de cent chefs de gouvernements, directeurs d'agences de développement et autres hauts responsables se sont engagés à poursuivre leurs efforts en matière d'harmonisation, d'alignement et de gestion axée sur les résultats, sur la base d'un ensemble d'actions et d'indicateurs vérifiables. Onze des 12 indicateurs devraient être réalisés d'ici 2010.


Contact

Felix Njoku Téléphone: +216 71 10 26 12