Capital-investissement - La BAD investit 10 millions € de capitaux propres dans le Fonds Moringa

08/10/2014
Share |

Le 1er octobre 2014, à Abidjan, le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un investissement en capitaux propres, équivalent à 10 millions d’euros, dans le compartiment africain de Moringa. Moringa est un Fonds de capital-investissement spécialisé dans les projets d’agroforesterie durable, et créé à l’initiative de la Compagnie Benjamin de Rothschild (CBR) et de l’Office national des forêts international (ONFI), filiale internationale de l’Office national des forêts français.

Moringa investira dans des projets agroforestiers faciles à reproduire à différentes échelles, en Afrique subsaharienne et en Amérique latine. Ces projets combineront la foresterie de plantation (production de biomasse, bois de chauffage ou bois de construction) et un volet agricole (production de cultures vivrières destinées au marché local et/ou cultures d’exportation de niche), afin de tirer le maximum de profit des chaînes de valeur. Au Fond, sera en outre associée une facilité d’assistance technique basée sur des dons.

La stratégie d’investissement Moringa est dans la droite ligne de la Stratégie décennale (2013-2022) de la BAD, qui privilégie la croissance verte comme moteur d’un développement durable et la création d’une prospérité générale ; ainsi que du Plan d’action sur les changements climatiques de la Banque, qui entend investir pour amoindrir la vulnérabilité du continent aux changements climatiques. Cette concordance stratégique devrait donner un sérieux coup de fouet aux opérations de Moringa, grâce à la grande notoriété de la Banque, à son expertise dans ce secteur et à son réseau sur le continent africain. Le Fonds Moringa bénéficiera de l’appui administratif et des services en investissement de la CBR, tandis que l’ONFI lui apportera son expertise technique en agroforesterie et sa présence dans les régions qu’il cible.

L’agroforesterie offre aux entreprises du secteur forestier des possibilités de développement nombreuses et diversifiées, tout en accordant une place à la production agricole. Les petits exploitants tirent ainsi avantage d’une diversification de leurs revenus, encouragée par un investisseur soucieux du rendement à long terme. Favorisant une meilleure gestion des terres, l’action de ce fonds permettra aux populations locales d’obtenir des revenus plus élevés et plus durables, outre son impact positif sur l’environnement avec le stockage du carbone, la gestion des sols et de l’eau, ainsi que la biodiversité. En investissant dans des solutions d’agroforesterie durable, Moringa aidera les États à atteindre leurs objectifs d’adaptation aux changements climatiques et à en atténuer les effets négatifs.

La BAD apportera un investissement en capitaux propres pouvant atteindre les 10 millions d’euros à cet instrument axé sur l’Afrique et mis sur pied à l’adresse des investissements situés en Afrique subsaharienne. Grâce à son apport, la Banque, premier investisseur du continent africain à participer à ce fonds, portera le total des engagements envers Moringa à quelque 70 millions d’euros. Cela conforte également la stratégie et les perspectives du Fonds pour l’Afrique, au moment où celui-ci entre dans sa phase finale de recherche de financement.