La BAD octroie un prêt senior de 150 millions d’euros en faveur du projet de mise en valeur industrielle en Afrique du Sud

19/05/2011
Share |

Tunis, le 18 mai 2011 – Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé mercredi 18 mai, à travers son guichet du secteur privé, un prêt senior équivalant à 150 millions d'euros pour financer Kalagadi, le premier projet de mise en valeur industrielle en Afrique du sud.

Le projet comprend l’exploitation minière du minerai de manganèse, son traitement et sa fonte. Les activités minières et de traitement sont situées dans la province du Cap-du-Nord et les activités de fonderie dans la province du Cap oriental. La production totale d’agglomérés est de 2,4 millions de tonnes par an  dont 1,7 millions de tonnes pour l’exportation et 0,7 millions de tonnes pour la fonderie  du Cap oriental. Les ressources totales de minerai sont estimées à 100 millions de tonnes, avec 44 millions de tonnes de réserve potentielle.

Du point de vue socioéconomique, l’investissement contribuera positivement à la création d’emploi, à l’amélioration de la qualité de vie des membres des communautés environnantes, à la génération de revenus, à la réduction de la pauvreté et au transfert de compétences.

En plus de contribuer à la dynamisation des activités minières dans la province du Cap-du-Nord, relativement sous-développée bien qu’elle détienne environ 80 % des ressources mondiales de manganèse, le projet de mise en valeur de Kalagadi Manganese apportera des avantages économiques substantiels aux deux provinces les plus pauvres du pays, en créant des emplois à long terme et de la richesse pendant sa durée de vie.

Le projet créera plus de 1 000 emplois directs et 19 767 emplois indirects dans les deux provinces. Au moins 40 % des Sud-africains historiquement défavorisés seront engagés à différents niveaux de responsabilité et 30 % de femmes occuperont des postes clés dans l’exploitation minière. De plus, les revenus des ménages devraient augmenter de 767 millions de rands dans la province du Cap-du-Nord et 865 millions de rands dans la province du Cap oriental. Au niveau de l’économie globale, il en résultera une augmentation de 3,2 milliards de rands des revenus des ménages et de 6,24 milliards de rands des recettes fiscales de l’État.

Le projet devrait avoir un effet de démonstration très positif en Afrique du Sud. Il constituera l’une des plus grandes interventions d’intermédiation non financière et non publique du pays et fournira un exemple concret d’investissement intégré réussi dans le pays. Le projet encouragera l’esprit d’entreprise des femmes et la participation des populations autochtones au mouvement de l’économie.

Compte tenu de la richesse en manganèse de la région du Cap-du-Nord, un investissement de cette envergure et le développement d’infrastructures devraient attirer d’autres investissements vers le secteur.

Le projet soutient l’attention portée par la BAD au développement du secteur privé dans le contexte du Pilier I du Document de Stratégie Pays (DSP) 2008-2012  pour l’Afrique du Sud, qui vise à améliorer la compétitivité du secteur privé. De plus, le projet s’inscrit également dans la politique de la Banque relative au genre, qui soutient l’égalité entre les hommes et les femmes, l’autonomisation des femmes et le développement de l’entrepreneuriat et des entreprises de femmes. Finalement, le projet s’inscrit directement dans l’objectif déclaré du gouvernement de mobiliser la croissance du secteur des ressources en mettant l’accent sur la mise en valeur au niveau local.