La BAD approuve 20 millions d’EUR de prise participation pour soutenir les investissements dans le secteur privé au Maghreb

13/07/2011
Share |

Le conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé  une prise de participation de 20 millions d'euros dans le fond d’investissement « Maghreb Private Equity Fund  III» (MPEF III).  Cette troisième génération de fonds d’investissement de participation privée ciblera les investissements dans les Petites et moyennes entreprises au Maroc, en Tunisie, en Algérie, en Libye et, en fonction des opportunités d’investissement, en Egypte.

MPEF III est un fonds d’une durée de vie de 10 ans, avec un l’objectif d’atteindre un montant total de 130 millions EUR. Il ciblera 18 entreprises familiales déjà bien établies sur le marché  domestique et qui ont la capacité d’étendre leurs activités au niveau régional. En investissant dans des entreprises qui montrent un potentiel de croissance, MPEF III contribuera à créer des  emplois, à favoriser les échanges avec l’extérieur, à générer des revenus fiscaux pour leurs différents gouvernements et à contribuer à l’intégration régionale des marchés au Maghreb.

MPEF III investira dans une large variété de secteurs avec un accent particulier sur la production industrielle pour l’exportation et les entreprises qui ont pour objectif d’une expansion au niveau regional et continental. Le portefeuille d’investissements inclura également des secteurs tels que les télécommunications et technologies de l’information, les services, les transports, l’agro-alimentaire et la transformation alimentaire.

MPEF III se concentra sur les entreprises industrielles à forte croissance qui recherchent des financements, des contacts et le savoir-faire pour favoriser l’expansion des marches régionaux au Maghreb et à l’étranger. Les activités du Fonds créeront des emplois transnationaux et des opportunités professionnelles générées par l’effet multiplicateur des investissements directs, le co-financement et les investissements parallèles fournis par le Fonds et ses investisseurs parmi les institutions financières de développement (IFD).

Suite à l’investissement dans le MPEF II approuvé par la BAD en janvier 2008, le MPEF III constitue le second  investissement de la Banque dans un fonds d’investissement privé ciblant la région du Maghreb. MPEF III est sponsorisé par Tuninvest Finance Group (TFG), un gestionnaire de fondsprivé tunisien doté d’une expertise et une expérience bien établies dans la sous-région. Il gère actuellement neuf fonds.

A propos de la Banque africaine de développement

La mission du Groupe de la Banque africaine de développement est d’aider à réduire la pauvreté, améliorer les conditions de vie pour les africains et mobiliser des ressources pour le développement économique et social du continent. Dans cet objectif, l’institution tend à assister les pays africains – individuellement ou collectivement – dans leurs efforts pour s’assurer un développement économique durable et le progrès social. Combattre la pauvreté est au cœur des efforts du continent pour atteindre une croissance économique durable. A cette fin, la Banque cherche à stimuler et à mobiliser des ressources internes et externes pour promouvoir l’investissement ainsi que fournir à ses pays membres régionaux une assistance technique et financière.  

La division de l’industrie et des services du département du secteur privé de la Banque a pour objectif d’investir dans des fonds de capitaux propres privés engages dans une variété de secteurs comprenant l’agriculture, l’extraction minière, l’industrie, la santé, l’éducation pour attire les investissements du secteur privé en Afrique. Ces trois dernières années, le département du secteur privé a approuvé 27 fonds en capitaux propres privés pour un montant excédant 400 millions de $EU dans les infrastructures, la santé ainsi que les fonds généralistes. Le Groupe de la BAD cherche la croissance soutenue et continue de ses pays membres à travers de meilleures infrastructures, un secteur privé plus fort, des institutions plus solides et une meilleure intégration économique.