La BAD octroie un investissement de 67.05 millions d’euros à la Banque ouest-africaine de développement

24/02/2011
Share |

Tunis, 23 Février, 2011 - Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé,  le mercredi 23 février 2010, l’octroi d’une ligne de crédit d’un montant de 64 millions d’euros à la Banque ouest- africaine de développement (BOAD) ainsi qu’une participation à hauteur de 3,05 millions d’euros au processus d’augmentation de son capital. Cette facilité vise au renforcement des capacités financières de la BOAD et à asseoir  son rôle de partenaire stratégique de la BAD dans le financement des activités du secteur privé en Afrique de l’Ouest.

La BAD et la BOAD ont bénéficié d'un partenariat de plus de 14 ans, qui comprenait une participation au capital, une assistance technique et une ligne de crédit. L’octroi de cette nouvelle facilité est motivé par le développement rapide des activités opérationnelles et de prêts de la BOAD, ce qui lui exige de mobiliser d’autres ressources additionnelles pour faire face, en particulier, à une demande croissante de produits de prêt, émanant des acteurs du secteur privé.

Cette facilité fournit à la BOAD des ressources à moyen et à long termes nécessaires à l’accomplissement de son mandat de promotion de la croissance économique et du développement durable ainsi que pour favoriser l'intégration régionale dans la sous-région de l’Afrique de l'Ouest.
Cette ligne de crédit permettra à la BOAD de financer des projets qui mèneront à: la création plus de 60.000 emplois temporaires et près de 4000 emplois permanents ;  55,906 millions d’euros  de taxes additionnelles au profit des gouvernements de la zone  et 212,845  millions d’euros de revenus additionnels au profit des ménages.

Ce projet est donc en ligne avec la stratégie de réduction de la pauvreté de la Banque qui promeut l’intégration économique régionale,  la Stratégie d’Assistance de la BAD au profit des Institutions Sous-Régionales de Financement du Développement, et  la volonté de développer des partenariats avec les IFDs aux priorités stratégiques semblables à celles de la Banque.


Sections Connexes