La BAD approuve le Cadre stratégique et plan d’action pour la gouvernance

16/05/2014
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un Cadre stratégique et plan d’action pour la gouvernance en vue d’orienter ses opérations dans les pays membres régionaux au cours des cinq prochaines années.  

Le Cadre stratégique et plan d’action pour la gouvernance (GAP II) 2014–2018, approuvé par le Conseil d’administration le jeudi 15 mai à Tunis, vise à promouvoir la bonne gouvernance et la responsabilisation en vue d’améliorer la transformation de l’Afrique.

Présentant le document au Conseil d’administration, le directeur de la gouvernance de la Banque, M. Lobe Ndoumbe, a déclaré que la stratégie, qui s’appuie sur le concept « Une seule banque », a bénéficié de consultations externes étendues avec diverses parties prenantes.

La vision du GAP II est celle d’une « Afrique régie par des gouvernements transparents, responsables et compétents et des institutions fortes, capables de stimuler une croissance inclusive et durable ». En conséquence, ses trois principaux objectifs consistent à :

  • renforcer la capacité des États à assurer une utilisation transparente et responsable des ressources publiques, et celle des citoyens à demander des comptes à leurs gouvernements ;
  • optimiser les résultats économiques et donner plus de moyens aux citoyens pour en assurer le suivi ;
  • promouvoir un environnement des affaires propice à la transformation économique de l’Afrique, à la création d’emplois et à l’intégration financière.

En outre, la stratégie s’appuie sur trois piliers :

  • la gestion du secteur public et la gestion économique ;
  • la gouvernance sectorielle ; et
  • le climat de l’investissement et des affaires.

Pour finir, elle inclut également trois questions transversales :

Dans le cadre de ces trois piliers stratégiques, la Banque s’appuiera sur les accomplissements du GAP I concernant la gestion des finances publiques, l’environnement des affaires porteur et la gouvernance sectorielle. L’intégration régionale sera incorporée dans l’ensemble des trois piliers stratégiques.

La stratégie sera mise en œuvre dans le cadre de l’approche « Une seule Banque » et de la feuille de route sur la décentralisation. Bien que l’approche nécessite un effort collectif entre les départements pour l’intégration de la gouvernance dans toutes les opérations de la Banque, la feuille de route sur la décentralisation rapprochera la Banque de ses clients, améliorera le dialogue sur les politiques et promouvra la réceptivité et les commentaires.

Selon le document, le dialogue sur les politiques favorisera l’exécution de réformes et constituera un outil essentiel pour le développement durable. Il permettra à la Banque de s’engager en permanence avec ses PMR et de comprendre les défis auxquels ils sont confrontés dans leur développement et leurs priorités en matière de réformes. Le rayonnement de la franchise du Groupe de la Banque en tant que partenaire « privilégié et de confiance », de par son caractère africain, lui confère une légitimité d’agir sur des questions affectant l’Afrique et d’engager les PMR dans un dialogue ouvert sur les politiques relatives à la gouvernance.

À cette fin, la Banque approfondira le dialogue sur les politiques de gouvernance au niveau national par l’intermédiaire de ses bureaux extérieurs. Elle tirera également profit du travail analytique pour comprendre clairement les contextes, y compris les dimensions de l’économie politique, afin d’orienter les documents de stratégie pays, les documents de stratégie d’intégration régionale, les opérations d’appui programmatique et le dialogue sur les politiques, et de disposer de connaissances solides pour ces engagements. La Stratégie décennale 2013-2022 de la Banque, avec son double objectif de croissance inclusive et de transition progressive vers une croissance verte en combinaison avec ses principaux domaines prioritaires que sont la gouvernance et la responsabilisation, servira de plate-forme stratégique pour le GAP II.