228 millions $ de la BAD pour réhabiliter un axe routier stratégique reliant le Kenya et la Tanzanie

31/03/2016
Share |

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, mercredi 30 mars 2016, l’octroi de 228 millions de dollars EU au gouvernement du Kenya. Ce prêt est destiné à la réhabilitation de 172 km de route entre les villes d’Isebania et Ahero, un axe situé au sud-est du lac Victoria. Outre la rénovation de la route, qui facilitera le commerce entre le Kenya et la Tanzanie, et partant l’intégration régionale, les volets sociaux associés au projet permettront d’accélérer le développement socio-économique des régions que traverse la voie – près de deux millions de personnes sont concernées.

Une fois les travaux achevés – qui devraient se dérouler de  2016 à 2019 –, le temps de parcours devrait être divisé par deux, tout comme les coûts de transports entre Isebania, frontalière de la Tanzanie, et Ahero, située près du port Kenyan de Kisumo, sur le lac Victoria. Ces travaux participent au renforcement du corridor routier Sirrari, qui relie le Sud-Soudan à la Tanzanie, en passant par le territoire kenyan. La zone dudit projet constitue un carrefour vers lequel convergent plusieurs corridors routiers.

Des retombées économiques substantielles sont escomptées dans les zones traversées par la route bientôt rénovée. Celle-ci ouvrira de nouveaux débouchés pour les industries agricoles et les activités de pêche. Grâce aux 77 km de routes secondaires qui seront elles-aussi aménagées, les producteurs locaux pourront acheminer leurs produits vers les centres de consommation.  »Des transports à moindre coût permettront qu’une plus grande part du prix des marchandises exportées revienne aux producteurs, augmentant ainsi leurs revenus et réduisant la pauvreté », a souligné Amadou Oumarou, directeur du Département transports et TIOIC de la BAD. Le projet prévoit aussi le financement de plusieurs marchés le long de la route. Quant aux habitants alentours, leur vie sera rendue plus facile avec le renforcement des transports collectifs, le projet prévoyant le financer la construction de  trois gares routières.

Originalité du projet, une attention toute particulière est portée aux questions de sécurité routière. L’hôpital de Nyabondo, situé sur le parcours, sera équipé d’un département spécialisé dans les accidents de la route, ainsi que de six ambulances. La Banque financera aussi la mise en place d’un système informatisé de suivi et de prévention des accidents de la circulation, qui s’inscrit dans un programme d’assistance technique et de formation au bénéfice de l’Agence routière nationale du Kenya. Enfin, une série de campagnes de sécurité routière seront menées auprès des usagers de la route. On prévoit ainsi de diviser par cinq le nombre d’accidents mortels enregistré chaque année dans la zone.

Estimé à 280,26 millions de dollars EU, le montant total du projet est financé  à hauteur de 81,4 % par le Groupe de la BAD (), le reste étant pourvu par le Fonds fiduciaire UE-Afrique pour les infrastructures (4 %), et le gouvernement kenyan (14,6 %). Le projet s’inscrit dans le Plan à moyen terme (2013-2017) de la Stratégie de développement du Kenya, de même que dans la politique nationale des transports. Le projet répond aussi à la Stratégie décennale de la Banque et aux Cinq grandes priorités (« High Fives ») qu’a définies le président Adesina : renforcer l’intégration régionale et la sécurité alimentaire en assurant une connexion efficace entre zones de production alimentaire et lieux de consommation et, enfin, améliorer globalement les conditions de vie des habitants des zones rurales.