La BAD mobilise 428 millions de dollars pour l’énergie, les infrastructures, les transports et l’eau dans 8 pays

30/09/2015
Share |

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 30 septembre 2015, des prêts et dons d’un montant de 428,43 millions de dollars EU pour financer des projets liés à l’énergie, aux infrastructures, aux transports, ainsi qu’à l’eau et à l’assainissement dans huit pays africains (Gambie, Ghana, Tanzanie, Zimbabwe, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée, Sénégal et Côte d’Ivoire).

En vertu de cette approbation, Ghana Airports Company Ltd recevra un prêt de 120 millions de dollars EU pour financer son programme d’investissement, qui prévoit la construction d’un nouveau terminal à l’aéroport international de Kotoka, à Accra, et la réhabilitation d’autres aéroports à Kumasi, Temale, Ho et Wa respectivement.

En Tanzanie, l’investissement approuvé comprend un prêt de la BAD de 97,42 millions de dollars EU et 44,29 millions de dollars EU du fonds « Africa Growing Together Fund » (AGTF) en vue de financer la deuxième phase du projet de transit rapide par bus (BRT) de Dar es-Salaam. Ce projet porte sur la construction de 20,3 km de couloirs réservés au BRT et d’infrastructures de transport non motorisé (TNM) le long du corridor de la route de Kilwa, ainsi que sur la construction de la route de Kilwa elle-même.

Le Zimbabwe recevra un don de 16,15 millions de dollars EU provenant des ressources du Fonds pour le Zimbabwe (ZIM-FUND) en vue de financer la deuxième phase du projet de réhabilitation d’urgence des systèmes d’alimentation en eau et d’assainissement (UWSSRP) du pays, qui doit être mis en œuvre à Harare, Chitungwiza, Ruwa et Redcliff, dont la population est estimée à 1,9 million d’habitants. Ce projet vise à protéger la santé publique par l’amélioration des services, la préservation des biens matériels et la restauration des capacités, ainsi que par l’amélioration de la pérennité financière des prestataires de services d’eau et d’assainissement.

Le Conseil a également approuvé un projet énergétique multinational de l’OMVG (Organisation pour la mise en valeur du bassin du fleuve Gambie), qui bénéficiera à la Gambie, à la Guinée-Bissau, à la Guinée et au Sénégal grâce au financement de prêts et de dons totalisant 64,93 millions de dollars EU.

Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre de la coopération et de l’intégration régionales de ces pays, cherche à encourager le partage de l’énergie et à améliorer l’approvisionnement en électricité en fournissant une énergie renouvelable, propre et abordable. Il prévoit : la création d’un barrage hydro-électrique de 128 MW d’une capacité de production annuelle de 402 GWh, et un réseau d’interconnexion de 1 677 km comprenant 15 postes de transformation et deux centres de distribution.

La Gambie et la Guinée-Bissau recevront chacune un prêt concessionnel et un don d’une valeur de 5,26 millions de dollars EU et de 6,32 millions de dollars EU respectivement ; tandis que la Guinée et le Sénégal recevront chacun 64,94 millions de dollars EU et 59,66 millions de dollars EU en prêts concessionnels.

Enfin, le Conseil a approuvé un don de 14,4 millions de dollars EU pour aider la Côte d’Ivoire à reconstruire sa capacité de production détruite durant le conflit qui a touché le pays tout au long des années 2000.

Le Projet d’appui au renforcement de la compétitivité du secteur industriel (PARCSI) permettra d’améliorer la compétitivité  des entreprises du secteur industriel,  des associations de producteurs de fruits et légumes,  des sociétés opérant dans la chaîne de valeur des fruits et légumes (fournisseurs d’intrants, d’emballage, de services de transport, etc.), offrira des opportunités d’emploi décentes aux jeunes et aux femmes dans l’économie ivoirienne moderne, et  renforcera les organismes d’État chargés d’accompagner l’amélioration de la compétitivité du secteur industriel.