La Banque africaine de développement approuve un prêt de 76,11 millions de dollars pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement en Éthiopie

14/01/2016
Share |

Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le mercredi 13 janvier 2016, un prêt de 76,11 millions de dollars EU à la République démocratique fédérale d'Éthiopie. Ce prêt sera décaissé par le guichet de financement de la BAD et viendra soutenir la mise en œuvre du programme d'amélioration de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement de quatre villes du pays.

Les quatre agglomérations bénéficiaires sont Adama dans l'État régional d'Oromiya, Adwa dans l'État régional de Tigray, Amhara dans l'État régional de Bichena et Godé dans l'État régional de Somali. Ce programme vise à améliorer la santé et le développement socioéconomique des habitants de ces quatre villes en facilitant leur accès à des services durables d'approvisionnement en eau et d'assainissement, et en relevant la sûreté de ces services. En moyenne, le taux d'accès à de l'eau canalisée et à l'assainissement dans ces quatre villes est estimé à 53 % et 76 % respectivement. Le programme vise à faire ces deux taux passer à 100 % d'ici à 2020, au profit des 635 000 habitants des quatre villes et, de manière indirecte, à quelque 227 000 autres personnes vivant dans des faubourgs et des villages à leur périphérie.

Dans le cadre de ce projet, il est prévu d'accroître les capacités de production et de distribution d'eau potable, de construire des latrines publiques, d'améliorer la collecte et l'élimination des boues fécales, et de renforcer les capacités des administrations et des services publics régionaux de l'eau. Ce programme se traduira pour les ménages par un meilleur accès à de l'eau potable, un accès accru aux moyens d'assainissement, une distribution d'eau plus fiable et continue, et une perception plus efficace des redevances d'eau. L'amélioration de l'approvisionnement en eau conduira également à l'engagement accru du secteur privé dans les quatre villes. Ces effets positifs ses conjugueront pour réduire la prévalence de maladies d'origine hydrique et stimuleront le développement desdites villes.

Le programme s'inscrit dans le Second Plan de croissance et de transformation (2016-2020) du gouvernement, qui accorde une grande importance au secteur de l'eau. Ce plan ne cherche pas seulement à améliorer l'accès, mais également à relever la qualité et les normes de service, et ainsi à améliorer la qualité de vie des citadins. Il sera mis en œuvre dans le cadre du Programme national One WASH (Eau, Assainissement et Hygiène pour tous) dans lequel la Banque, en partenariat avec d'autres organisations d'aide au développement, participe déjà à hauteur de 66,8 millions d'UC (environ 92,57 millions de dollars EU), suite aux financements approuvés en 2014, pour la composante rurale du programme. Les ressources de la Banque seront canalisées par le biais du Fonds pour le développement des ressources en eau (WRDF) relevant du ministère de l'Eau, de l'Irrigation et de l'Électricité, afin d'être réparties parmi les entreprises de services publics bénéficiaires.