La BAD approuve un investissement de 25 millions de dollars américains pour soutenir la croissance des entreprises en Afrique

15/07/2011
Share |

Le conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé  une prise de participation de 25 millions de dollars américains  dans le fonds capital et d’emprunt « Vantage Capital Fund II » (VCF II). Cette deuxième génération de fonds multi-secteurs, avec l’objectif d’atteindre un montant de 250 millions de dollars américains, dirigera ses investissements à travers la délivrance de fonds mezzanine -  une combinaison de financements en quasi-capital et dette subordonnée – à un portefeuille choisi d’entreprises à travers le continent africain.

VCF II, un fonds panafricain qui devrait réaliser environ 45 % de ses transactions dans les pays de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), 30 % en Afrique du Nord et 25 % en Afrique de l’Est et de l’Ouest, soutiendra la croissance des entreprises africaines.

Le Fonds VCFI de première génération devrait, selon les calculs, avoir permis la création de 19 300 emplois environ, rapporté au gouvernement sud-africain près de 91 millions d’USD de recettes fiscales et fourni aux entreprises sud-africaines des financements additionnels chiffrés à 281 millions d’USD, et ce, sur 8 ans. VCFII devrait permettre de drainer vers les sociétés africaines de taille moyenne, un montant total de 735 millions d’USD environ, de stimuler la création de 10 000 emplois supplémentaires et de générer 145 millions d’USD de recettes publiques.

L’investissement de la BAD dans le  VCF II favorisera l’expansion des fonds mezzanine en tant que classe d'actifs traditionnels sur le continent. Le Fonds devrait attirer les investisseurs institutionnels de plusieurs pays africains, favorisant ainsi de plus hauts niveaux d’investissements dans des instruments à long terme. En tant que premier fonds domicilié au Botswana, VCF II soutiendra le lancement du Centre international des services financiers (IFSC) du Botswana.   

Les fonds mezzanine représentent actuellement moins de 2 % du capital-risque en Afrique, alors que la moyenne mondiale est de 10 %.  Cependant, une multitude de facteurs – incluant des taux de croissance soutenus, l’augmentation des besoins en capital des entreprises de taille moyenne, des secteurs bancaires solides mais conservateurs, et des régimes fiscaux et réglementaires de plus en plus favorables – ont permis au marché potentiel pour les fonds mezzanine en Afrique d’être estimé à d’environ 1,6 milliard d’USD pour les cinq prochaines années.