La BAD à COP 15

11/12/2009
Share |

Bien que la Banque a un statut d'observateur à la CCNUCC et ne peut pas être impliquée dans les négociations, elle participe visiblement à la Conférence des Parties (CoP 15).

La Banque fait valoir les messages clés suivants à la Conférence des Parties :

  • Le changement climatique est une menace pour le développement et la réduction de la pauvreté sur le continent, et des efforts immédiats être orientés vers la réalisation des objectifs de développement du continent.
  • Il y a un besoin de mesures d'adaptation au sens large dans le cadre du développement durable, pour lutter contre l'impact du changement climatique sur le continent.
  • Des occasions de croissance des économies à faible émission de carbone existent sur le continent, notamment par l'élaboration et la mise en œuvre de technologies propres.
  • La Banque africaine de développement, avec ses ressources limitées, intervenant dans des domaines clés qui permettront de réduire les effets néfastes des changements climatiques sur le continent, aide les pays africains à parvenir à un développement durable, tout en contribuant à soutenir une croissance faible teneur en carbone.

Déjà, une déclaration conjointe avec les autres BMD sur le changement climatique a été présentée.

Par ailleurs, la BAD organise des manifestations parallèles sur le site.

La première, en présence de président de la BAD, est sur le Fonds forestier du bassin du Congo (CBFF). Cet événement vise à informer d'éventuels partenaires techniques et financiers de l'existence du Fonds; informer les participants des progrès réalisés, en soulignant l'importance d'inclure les forêts dans les négociations post-Kyoto sur le climat ; le renforcement d'un partenariat mondial afin de promouvoir des initiatives comme le CBFF; et d'encourager de nouvelles contribution au Fonds.

Le deuxième événement parallèle vise à montrer comment la Banque contribue à l'adaptation face au changement climatique. Cet événement vise à présenter la volonté de la Banque à participer à la nouvelle architecture financière mondiale qui sera négociée à Copenhague.