La BAD au Forum International du Dakar Agricole

Share |

De: 18/04/2011
A: 19/04/2011
Lieu: Dakar, Sénégal

Le  Sénégal a organisé, les 18 et 19 avril 2011, le Forum international du Dakar agricole, sur  les questions fondamentales de la régulation et  de  la gouvernance agricoles mondiales. Ce cadre d’échanges, à l’initiative du Président Abdoulaye Wade, intervient un mois avant le prochain Sommet du G20. Selon ses organisateurs, « les conclusions qui émergeront de ce Forum formeront, sans doute, un pilier essentiel des négociations internationales actuellement engagées dans le cadre du G20, présidé par la France ».

La Banque africaine de développement été  représentée par le vice-président Opérations sectorielles, Kamal El Kheshen. A cette occasion, le vice- président à réitéré le soutien de la BAD à la tenue de ce Forum, en insistant sur les questions de « la volatilité des prix des produits agricoles et des denrées alimentaires », « les besoins importants de ressources pour le financement de l’agriculture »  et « la nécessité d’agir autrement».

Le vice-président El Kheshen a rappelé que les défis pour l’Afrique sont d’une grande ampleur, avec une faible croissance de la production agricole mondiale, la non-atteinte de l’objectif du millénaire de réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de la faim,  l’augmentation de plus de 40 millions du nombre de personnes touchées par la faim et le défi d’alimenter 9 milliards de personnes sur la planète en 2050. Le vice-président a mis l’accent sur le besoin « d’assurer une régulation des marchés agricoles sur la base de principes plus transparents, qui placent au devant la solidarité et la complémentarité, et en considérant la sécurité alimentaire comme un bien public mondial ».

M. El Kheshen a aussi souligné que la Banque africaine de développement a toujours accordé une grande priorité au développement agricole. « La Banque a aujourd’hui sur le continent un portefeuille agricole composé de plus de 140 opérations d’une valeur d’environ 3 milliards de dollars EU », a-t-il dit, « auquel vont s’ajouter au cours des trois prochaines années environ 1 milliard de dollars EU de ressources additionnelles prévues dans le cadre de l’intervention au titre du FAD XII ».

Les résultats de ce Forum ont permis de faire des propositions et recommandations, parmi lesquelles :

  • Créer une organisation mondiale de l’Agriculture, ou procéder à la refonte des organismes en place tel que la FAO, pour mieux intégrer les nouveaux défis de la planète, et placer l’agriculture, l’alimentation et la préservation des ressources naturelles au cœur des priorités ;
  • Considérer l’agriculture et l’alimentation comme des biens publics mondiaux ;
  • Mieux réguler les marchés agricoles, à travers notamment la fixation de valeurs centrales avec des marges de fluctuation, pour les principaux produits agricoles et par zone, et la création de stocks ;
  • Réduire les différentiels de productivité par les investissements dans le domaine des infrastructures (eau, transport, transformation), des intrants (semences, engrais, etc.) et dans la recherche-développement.

Clôturant le Forum, le Président Wade a lancé « l’appel de Dakar », afin de porter un message fort en faveur d’une nouvelle gouvernance de l’agriculture et de nouvelles modalités de régulation des marchés agricoles. Cet appel vise notamment à sensibiliser les membres du G20, dans le cadre de la réflexion en cours sur la question agricole, en général, et de celle de la volatilité des prix des matières premières, en particulier.