La BAD au forum sur la révolution verte en Afrique

Share |

De: 02/09/2010
A: 04/09/2010
Lieu: Accra, Ghana

Le Forum sur la révolution verte en Afrique (AGRF),  qui avait été officiellement inauguré le jeudi 2 septembre 2010 à Accra, au Ghana,  a pris fin le 4 septembre. Cette rencontre qui se tenait pour la première fois en Afrique, était présidée par l'ancien Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan.

Avec plus de 800 délégués, il a été l'un des grands rassemblements des opérateurs du secteur public et du secteur privé du continent à être uniquement consacré au développement de l'agriculture.

Prenant la parole lors d'une conférence de presse, le directeur du département de l’Agriculture de la Banque africaine de développement (BAD), Aly Abou-Sabaa, a souligné l'importance de l'événement, car il « réunit les principaux acteurs sous un même toit, nourrit des discussions fructueuses et encourage les partenariats ».

M. Abou-Sabaa a expliqué que pour préparer la voie à une révolution verte en Afrique, l'environnement du secteur agricole doit être amélioré par des mesures telles que « la réduction du déficit des infrastructures, l'amélioration des installations d'irrigation et la baisse des coûts de transport ».

Il a cité les efforts consentis par la BAD pour améliorer le stockage et la gestion de l'eau dans les pays africains, et souligné l'importance de la création de partenariats avec les autres institutions afin de tirer parti des synergies. Pour assurer le développement de l'agriculture, a-t-il déclaré, il faut non seulement mettre l’accent sur les semences et les engrais, mais aussi investir davantage dans le développement des infrastructures. Il a mentionné les diverses initiatives lancées par la Banque, telles que la réduction des pertes après les récoltes  et le fait qu’elle abrite le Mécanisme africain de financement des engrais.

M. Kofi Annan a ouvert le forum aux côtés du vice-président du Ghana, John Dramani Mahama, du PDG de Yara International, Jørgen Ole Haslestad, et d’Ibrahim Assane Mayaki, secrétaire exécutif du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).

Les participants du forum d'Accra comprenaient des ministres, des bailleurs de fonds internationaux, des agriculteurs et des représentants de la société civile, motivés par un appel lancé par M. Annan en 2004 en faveur de la transformation de l’agriculture en Afrique.

« Le moment est venu d’accélérer la marche vers une révolution verte authentiquement africaine », a déclaré M. Annan. Il a expliqué que l'Afrique, avec une densité des infrastructures critiques plus faible que l'Asie dans les années 1960, a besoin d'investissements massifs.

Bien que 19 pays aient mis en place des plans pour accélérer leur croissance agricole annuelle de 6 % par an, les experts estiment que l'Afrique aura besoin de 32 à 39 milliards de dollars EU par an pour réaliser le plein potentiel économique de son secteur agricole.

La réunion d’Accra était articulée en un ensemble de séances plénières et de réunions privées à effectifs plus réduits, et  a été l’occasion de prise de nouveaux engagements fermes visant à mettre en place un meilleur système de production alimentaire et à offrir un monde meilleur aux Africains.

En réunissant des chefs d'Etat africains, des ministres, des agriculteurs, des entreprises agro-industrielles privées, des institutions financières, des ONG, des représentants de la société civile et des chercheurs dans le contexte d’un forum piloté par l'Afrique, l’AGRF met l'accent sur la promotion des investissements et le soutien politique pour la stimulation de la productivité agricole et la croissance des revenus au bénéfice des agriculteurs africains, d'une manière écologiquement durable.

L’AGRF a pris de l'ampleur grâce au succès des trois conférences sur la révolution verte en Afrique organisées à Oslo, en Norvège.