Le Conseil de la BAD approuve la stratégie pour le secteur agricole

22/02/2010
Share |

Tunis, le 22 février 2010 – Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé à Tunis, le mercredi 17 février 2010, la stratégie du secteur agricole de l'institution pour la période 2010-2014.

La stratégie vise positionner l'institution pour lui permettre de contribuer, plus efficacement et à une plus grande échelle, au développement de la productivité agricole, à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté, tout en favorisant la préservation des ressources naturelles.

Enrichie de consultations extensives avec les parties prenantes, la stratégie se concentre sur les infrastructures agricoles et la gestion des ressources naturelles renouvelables, deux piliers qui se renforcent mutuellement et où le Groupe de la Banque a fait preuve d'une compétence et d’un avantage comparatif considérables.

La stratégie est conçue de telle sorte que les interventions du Groupe de la Banque restent ciblées, sélectives et novatrices pour renforcer leur pertinence, leur efficacité et leur durabilité dans le secteur agricole. Couplée à une collaboration étroite et aux synergies avec les partenaires au développement et le secteur privé, elle contribuera efficacement à la concrétisation de la vision pour l’agriculture africaine.

Elle s’enracine sur les principes directeurs suivants : sélectivité et complémentarité, appropriation par les pays et alignement, attention aux petits exploitants et au marché, partenariats renforcés, accent sur les spécificités de genre, responsabilisation environnementale, production de savoir et obligation de rendre des comptes.

La stratégie du secteur de l'agriculture est conforme aux priorités de la stratégie à mi-terme du Groupe de la Banque et au rapport des plénipotentiaires du Fonds africain de développement (FAD-11). Elle est alignée sur le Cadre du programme global de développement de l'agriculture en Afrique (CAADP) et sur les orientations de la Réponse à la crise alimentaire africaine 2008. Le document est également conforme aux autres politiques et stratégies du Groupe de la Banque, y compris celles qui concernent l'intégration régionale, le développement du secteur privé, l’enseignement supérieur, la science et la technologie, les orientations stratégiques sur la gouvernance, les États fragiles, la mise à jour du Plan d'action sur le genre (2009-2011), le développement et la gestion du savoir, et la gestion du risque climatique.

On estime que l’agriculture fournit des emplois à temps plein à 70% des 900 millions de personnes qui vivent sur le continent, et que bon nombre de ménages tirent leurs revenus de l’agriculture. Quelque 200 millions d'Africains sont confrontés à l'insécurité alimentaire, tandis que la croissance économique en Afrique sub-saharienne a été en moyenne aux alentours de 3 % au cours des 25 dernières années.

Au cours des deux dernières décennies, le PIB agricole par agriculteur et par an a enregistré une croissance inférieure à 1% en Afrique, contre 2% en Asie et près de 3% en Amérique latine. La majeure partie de la croissance est liée à l'augmentation des surfaces cultivées plutôt qu’à des gains de productivité. Au rythme actuel, et sauf accroissement des investissements dans les moteurs du développement agricole, on estime que l'Afrique pourra nourrir moins de la moitié de sa population d'ici 2015.

* 1 UC = 1,55419 dollar EU au 18/02/2010