La BAD approuve le Document de stratégie pays 2014-2018 de Maurice

06/02/2014
Share |

Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 5 février 2014, à Tunis le Document de stratégie pays (DSP) de la République de Maurice pour la période 2014-2018.  Le document expose le plan d’activités stratégiques de la BAD à Maurice pour les cinq années a venir.

Le DSP a été conçu pour aider Maurice à renforcer sa compétitivité et sa résistance aux chocs exogènes,  améliorer la qualité de sa croissance et accélérer la transition du pays vers le statut de pays à revenu élevé.

Il concorde avec le projet national de Plan décennal de transformation socio-économique et avec le cadre de résultats de son Budget triennal perpétuel axé sur les programmes.  Tous  deux  ont été conçus dans le respect de la Vision 2020 du pays et  sont ancrés dans la Stratégie 2013-2022 de la BAD qui met l’accent sur la croissance verte et inclusive.

Ce document tient compte de l’importance stratégique de  Maurice pour la région et pour la BAD.  Il  reconnaît la performance exceptionnelle du pays ainsi que ses solides fondements économiques et ses effets d’entraînement positifs potentiels liés à l’apprentissage des pays du continent africain.  Le rôle  catalytique crucial  de la BAD y est reconnu.

La stratégie tire parti de l’avantage comparatif pour la Banque des interventions  à Maurice au titre de deux piliers complémentaires, à savoir : (1) l’établissement de partenariats public-privé et de partenariats visant à développer les infrastructures et (2) l’élargissement des compétences et le développement des technologies.

Le Pilier 1 concerne les activités de réforme politique qui visent à s’attaquer aux goulots d’étranglement dans les domaines des infrastructures énergétiques, des transports, de l’eau et de l’assainissement. Grâce à ces activités, Maurice pourra améliorer la qualité et les capacités de ses infrastructures afin d’attirer des investissements à plus forte valeur ajoutée, de renforcer les capacités du secteur privé intérieur à pénétrer le marché régional, et d’améliorer les prestations de son service public.

Ces activités favoriseront en outre la transition graduelle vers une croissance « verte » grâce à l’aide apportée au gouvernement, elles rationaliseront l’utilisation des ressources par les services publics, elles apporteront la clarté sur la politique relative à la part des énergies renouvelables dans la production énergétique nationale, et elles réduiront la pollution des eaux souterraines.

Quant au Pilier 2, il porte sur les actions et les réformes politiques qui renforceront le capital humain et contribueront à l’amélioration de la qualité et de la pertinence de l’éducation.  Un accent  particulier est mis sur les études supérieures ainsi que de l’enseignement et  la formation techniques et professionnels. Ces actions permettront à  Maurice de combler son déficit de main-d’œuvre qualifiée et d’améliorer sa productivité et sa capacité d’innovation.

Grâce au mécanisme de subvention du Fonds spécial des pays à revenu intermédiaire, le rôle de conseiller technique et de conseiller en connaissances de la BAD à Maurice sera renforcé par le Document de stratégie pays.  Un document  qui concorde avec la Stratégie 2013-2022 de la BAD.

La valeur du portefeuille actif de la BAD à Maurice s’établissait à la fin avril 2013 à 678,6 millions de dollars (442,3 millions d’UC). Le prêt à titre d’aide budgétaire accordée au programme de compétitivité et d’efficacité du secteur public (CPSE) représentait 99,74 % de l’engagement  total.

Le restant, 0,26%, a trait à quatre subventions de pays à revenu intermédiaire accordées aux transports et à la gouvernance.