Les infrastructures agricoles en Ouganda bénéficient de 65 millions de dollars EU de la BAD.

05/05/2011
Share |

Tunis, le 5 mai 2011 - Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé un prêt de 64,8 millions de dollars EU en faveur de l’Ouganda, pour financer le troisième programme pour l’amélioration des infrastructures agricoles du pays (CAIIP-3).

Approuvé le 3 mai à Tunis, le prêt est la continuation de deux programmes semblables, à savoir le CAIIP-1 et le CAIIP-2, lancés après une revue des secteurs agricoles et ruraux par la Banque en 2005.

Conçu sur le même modèle et le même cadre de mise en œuvre que les deux programmes précédents, le CAIIP-3 concerne les investissements dans les infrastructures agricoles, notamment  les voies communautaires de desserte, les marchés, les installations d’usinage des produits agricoles et l’électrification rurale. Ce programme contribuera à stimuler la croissance économique et relever le niveau des revenus au sein des communautés rurales et les ménages des petits exploitants agricoles en Ouganda.

Le projet cible les zones non couvertes par les deux programmes antérieurs et touchera 31 districts, représentant environ 30 % du total de la superficie et 1,9 million des ménages ruraux des régions ouest, centre, nord et est du pays.

Le projet comprend également des investissements destinés à mobiliser les communautés pour qu’elles apprennent à constituer des stocks et à participer à la mise en place d’un cadre solide d’appropriation locale et de viabilité à long terme.

Le programme sera mis en œuvre par la même équipe que celle des deux premiers programmes, issue du ministère du gouvernement local. Ce programme a reçu la reconnaissance du Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA) en novembre 2010 pour la « meilleure gestion en Afrique » parmi les projets cofinancés par le FIDA.

La Banque islamique de développement examine actuellement un investissement parallèle de 10 millions de dollars EU pour le CAIIP-3 en complément au prêt de la Banque et pour étendre les cibles des infrastructures physiques du projet.