BAD-Burundi : Lancement du Plan d’action pour les infrastructures pour une croissance durable et pour accélérer l’intégration régionale

Share |

Date: 02/04/2010
Lieu: Bujumbura, Burundi

Le Plan d’action sur les infrastructures au Burundi sur les rails

Le plan d’action sur les infrastructures au Burundi a été présenté conjointement par la BAD  et le ministère des travaux publics et de l’équipement,  lors d’un atelier, le vendredi 2 avril 2010, à l’hôtel Source du Nil de Bujumbura, sous le haut patronage de M. Gabriel Ntisezerana, deuxième vice-président de la république du Burundi, et en présence de Mme Clotilde Nizigama, ministre des finances et  de M. Aloysius Ordu, vice-président des opérations de  la BAD. Lire plus


Entretien avec M. Aloysius Ordu, Vice président des opérations, Groupe de la Banque Africaine de développement. Tunis, le 30 mars 2010

Tunis, le 1 avril 2010 – Le gouvernement du Burundi et le Groupe de la Banque Africaine de développement (BAD) présenteront officiellement, le 02 avril prochain à Bujumbura, le «Plan d’action pour les infrastructures au Burundi».

Ce plan, qui devrait être mis en œuvre au cours des deux prochaines décennies, pour un coût estimé de 5,8 milliards de dollars US, est le fruit d’une étude dont l’objet est d’analyser en détail les besoins en infrastructures dans une perspective régionale.

Basée sur une analyse intégrée des transports, de l’énergie, des  télécommunications et de l’exploitation minière, le plan d’action pour les infrastructures est aligné avec les objectifs nationaux comme régionaux. Il propose au gouvernement, à la communauté des donateurs et au secteur privé une évaluation détaillée des opportunités d’investissement dans l’infrastructure du Burundi et de sa région.

Le vice-président des Opérations, M. Aloysius Ordu, qui représentera la BAD à la cérémonie de lancement explique que « pour réduire la pauvreté de façon durable, le Burundi a besoin d’un taux de croissance annuel de 6 à 7% durant 20 à 30 ans. Ce plan d’action montre clairement comment on peut atteindre cet objectif. Il met également l’accent sur l’intégration du Burundi dans le vaste ensemble de la communauté Est Africaine et ses chances d’accès aux marchés mondiaux. »

Les principaux objectifs de cet évènement sont de partager les résultats de l’étude et d’entamer un véritable dialogue pour la mise en œuvre des propositions, notamment  en ce qui concerne :

  • Les investissements prioritaires et le programme d’entretien,
  • Le plan de financement, en particulier l’engagement des différentes parties que sont le  gouvernement, les bailleurs de fonds et le secteur privé, et
  • Le programme de renforcement des capacités et le développement du secteur privé.
    Le lancement du plan d’action s’adresse en premier lieu aux Burundais, en tant que premiers bénéficiaires mais surtout en tant que partie prenante, qu’il s’agisse de l’Etat ou du secteur privé local.

 Il vise également à sensibiliser la communauté des bailleurs de fonds et les investisseurs privés autour de ce plan et les encourager à investir et coordonner leurs financements, dans un souci de synergie, de complémentarité et d’efficacité.

La BAD est convaincue que ce lancement posera les bases d’une collaboration solide entre le gouvernement, les partenaires au développement et le secteur privé, et qu’il aboutira à court terme, à des engagements précis suivis de réalisations sur le terrain. La mise en œuvre de ce plan  pourra véritablement concourir au développement économique et social du Burundi.