Le récipiendaire du Prix d’excellence en entreprenariat africain plaide pour une gouvernance axée sur l'humain

11/05/2009
Share |

Award

Dakar, 10 mai 2009 - Une femme d'affaires sud-africaine, Louisa Madiako Mojela,  devenue première lauréate du prix du meilleur entrepreneur « Business Leadership Award »  du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), a exhorté les gouvernements africains à créer un environnement favorable, où tous, hommes et femmes, peuvent s'épanouir et réaliser leur potentiel  au maximum.

Les gouvernements devraient commencer à créer non seulement un environnement favorable aux femmes, mais aussi l'espace politique où tous pourraient développer leur leadership et capacités, a souligné Mme Mojela après avoir reçu son prix des mains du président du Groupe de la BAD, Donald Kaberuka, dimanche, 10 mai à Dakar, au Sénégal.

"Je crois que nous devons maintenant commencer à créer non seulement un environnement favorable aux femmes, mais aussi à l'homme, pour que tous les membres de l’équipe puissent se développer et atteindre leur plein potentiel",  a-t-elle affirmé.

Ce prix annuel, qui est partenariat entre la BAD, Advanced Finance et Investment Group LLC (AFIG), African Banking Corporation (ABC), la Société financière africaine (AFC), AfriSearch et Ecobank Sénégal, a été créé pour honorer les contributions exceptionnelles dans le milieu des affaires en Afrique et pour le développement du secteur privé. Le prix vise à soutenir les contributions entreprises au profit des actionnaires, des clients, des employés, des gouvernements et de tous les acteurs économiques du secteur privé en Afrique.

Mme Mojela, directrice de Women Investment Portfolio Holdings Limited (WIPHOLD), basé à Johannesburg,  s’est distinguée en créant un environnement accueillant pour les femmes, ajoutant que " la charge est pour nous de profiter de l'environnement pour développer le leadership et les capacités des femmes, pour les femmes."

Notant que le continent est constamment à la recherche de façons de devenir un acteur crédible sur le marché mondial, la lauréate a souligné que «notre économie ne pourra jamais être soutenue ou développée par la  seule productivité des hommes."

"Libérer la capacité productive des femmes, assumer le rôle de chef de file est l'une des façons les plus dynamiques pour une société d’accroître son efficacité et sa compétitivité mondiale. Cela signifie que la sensibilisation doit être accrue afin que les femmes participent pleinement à tous les secteurs de l'économie », a-t-elle expliqué.

Le président de la BAD, M. Donald Kaberuka, a, pour sa part, déclaré que le développement du secteur privé est la clé pour libérer le potentiel énorme que représentent les femmes africaines. «Notre expérience nous dit que la très attendue apparition, sur la scène mondiale, du secteur privé en Afrique ne peut se faire que si l'Afrique peut produire des hommes et des femmes exceptionnels, capables de transformer leur vision en actions concrètes", a t-il ajouté.

"C'est aussi la seule façon pour l’Afrique d'établir les bases pour développer des entreprises saines et viables ».

"Je saisis cette occasion pour rendre hommage à Mme Louisa Madiako Mojela pour ses réalisations ainsi que pour le courage affichée à se tailler un rôle significatif au sein des conseils d'administration des entreprises. C'est un exploit remarquable, partout dans le monde, et nous nous  en réjouissons encore plus quand cela se fait Afrique ", a ajouté M. Kaberuka.

Le responsable en chef d’AFIG, M. Papa Madiaw Ndiaye  a quant à lui fait remarquer qu’«aujourd'hui, nous reconnaissons les meilleurs parmi nous. Nous essayons de rendre hommage à notre sœur, Louisa Mojela, une femme exceptionnelle qui a su, très tôt, identifier les lacunes du secteur privé en Afrique et élaborer des solutions novatrices pour lancer les entreprises sud-africaines sur la voie de la valeur et de création de richesses".