La BAD évoque les solutions intégrées par des pays Africains dans le secteur de l’eau pour affronter la résilience climatique dans le rapport global annuel 2012 des FIC

27/02/2013
Share |

La Banque Africaine de Développement (BAD) a présenté les solutions que certains pays africains s’apprêtent à appliquer, avec son appui et celui des Fonds d’investissement climatiques (FIC), afin de résister aux problèmes complexes générés par le changement climatique sur leurs secteurs combinés : l’eau, l’alimentation et l’énergie.

L’article qui figure dans le rapport des FIC, publié à la fin 2012 sous le titre « Créer le climat pour un changement », expose les conditions spécifiques à l’Afrique, qui représentent un défi dans le secteur de l’eau en raison du changement climatique, qui a des conséquences sur l’agriculture, l’énergie et les efforts déployés par les pays en vue d’appliquer des solutions novatrices avec le soutien de la BAD et des FIC.

Soulignant que, « d’ici 2020, près de 250 millions de personnes en Afrique subiront une pression hydrique accrue, accompagnée d’effets désastreux sur les plus vulnérables », cet article cite des exemples de pays prêts à appliquer des approches intégrées novatrices en vue de renforcer les secteurs de l’eau, de l’agriculture et de l’énergie. Plus concrètement, ces pays se focaliseront sur deux axes : engendrer des connaissances plus fiables et précises en rapport avec le climat, et renforcer une infrastructure plus durable et plus résistante au changement climatique, à travers les différents secteurs.

Toujours avec le soutien de la BAD et des FIC, le Niger cherche à améliorer son système d’observation du climat, à mener des recherches sur la modélisation climatique ainsi qu’à l’optimiser et à renforcer son système d’alerte précoce. Affecté par sept épisodes successifs de sécheresse désastreuse, le Niger souhaite augmenter sa production alimentaire  et contrôler l’irrigation aux champs et aux pâtures.

Quant au Mozambique, celui-ci prévoit de développer les routes rurales et de réhabiliter les systèmes d’irrigation et de drainage pour résister aux conditions météorologiques extrêmes et aux intrusions de l’eau de mer.

La BAD est une institution qui met en œuvre les FIC, d’une valeur de 7,6 milliards de dollars EU. « Créer le climat pour un changement  » dévoile l’évolution du portefeuille global des FIC pour l’action climatique dans 49 pays en voie de développement, soutenus par les FIC et ses agences d’exécution.