La BAD contribue à la préparation de la « boite à outils sur les politiques en matière de croissance verte et inclusive » pour la réunion du G20

27/08/2012
Share |

La Banque africaine de développement (BAD), en partenariat avec la Banque Mondiale, les Nations Unies et l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), a préparé une boite à outils sur les politiques en matière de croissance verte et inclusive pour la réunion du G20, qui s'est tenue à Los Cabos au Mexique en juin dernier, à la demande du Groupe de Travail sur le Développement du G20. La croissance verte est l'une des trois priorités de la présidence mexicaine.

La boite à outils a été le fruit d'une collaboration étroite entre les trois organisations internationales et la BAD, à travers son Département Energie, Environnement et Changement Climatique (ONEC). La Banque a joué un rôle actif dans l'élaboration du document et a fait en sorte que les perspectives des pays à faible revenu, en particulier les pays africains, soient suffisamment prises en compte. Sous la direction del’ONEC, les contributions de la Banque s’appuyaient sur les conclusions de l'équipe multidisciplinaire chargée de la croissance verte ; cette équipe a été mise en place début 2012 et est co-présidée par ONEC et le comité de coordination chargé des changements climatiques au sein de la Banque. L’ébauche de boite à outils présentée au Sommet de Rio+20 a servi de point de départ dans une arène politique émergente. Cette boite à outils se veut être un document vivant, mis à jour régulièrement pour prendre en compte le développement de nouveaux outils et instruments. En outre, la poursuite des consultations sur ces outils entre les diverses institutions (organisations internationales, groupes de réflexion, donateurs bilatéraux) qui soutiennent la croissance verte et inclusive pourrait conduire à des approches et à des pratiques communes et promouvoir une meilleure compréhension de la façon dont les différents outils se complètent mutuellement.

Dans le cadre du processus du G20, le Groupe de Travail sur le Développement a pleinement reconnu que la croissance verte et inclusive est un élément clé du développement durable à long terme. En outre, le Groupe de Travail a souligné que l’engagement sur la voie de la croissance verte et inclusive ne doit pas devenir une condition contraignante, tant pour les pays en développement que pour les pays du G20, pour l’accès à l'aide et aux ressources internationales. Au lieu de cela, la communauté internationale doit se mobiliser pour aider les pays en développement qui cherchent à mettre en place des outils adaptés à leurs contextes nationaux favorisant une croissance économique à la fois écologiquement durable et socialement inclusive. La croissance verte et inclusive ne se fera pas toute seule : une politique délibérée et des décisions d'investissement doivent être prises à tous les niveaux, du local au global, afin d'assurer une croissance économique réellement « verte » et « inclusive ».