BAD commémore le 20e anniversaire du génocide rwandais

07/04/2014
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a organisé le 7 avril 2014 à Tunis une cérémonie en mémoire aux victimes du génocide rwandais de 1994, il y a vingt ans. Le 20e anniversaire, Kwibuka 20, est un rappel solennel à la communauté internationale, de faire tout ce qui est possible pour que ces crimes ne se reproduisent plus jamais. « Cela ne devrait plus jamais se produire dans l'histoire de l’humanité », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon. « Nous avons tiré des leçons tragiques et pénibles de 1994. »

La cérémonie de la BAD, était placée sous le thème « Plus jamais cela. Non au génocide ! ». Elle a été marquée par l’observation d’une minute de silence, la projection d’un film, l'allumage de bougies, des prières musulmane et chrétienne et des témoignages de survivants. On a aussi noté des déclarations par l'administratrice de la BAD pour le Rwanda, Mulu Ketsela, et le premier vice-président et chef des opérations de la BAD, Emmanuel Mbi. La cérémonie a vu la participation de membres du Conseil, de la haute direction et du personnel.

Dans son intervention, l’administratrice Ketsela a appelé les uns et les autres « à nos obligations collectives et individuelles », soulignant la nécessité de privilégier la prévention du génocide sur le continent, qui selon elle, est un défi de taille. « Le génocide est une tragédie et  il faut tirer les leçons de ce qui s'est passé au Rwanda », a-t-elle dit.

Le premier vice-président de la BAD a, quant à lui, souligné la capacité du Rwanda à se réconcilier et à se rebâtir. « Nous avons espoir que de telles catastrophes ne se reproduiront plus sur  notre continent », a-t-il observé.

En commémorant Kwibuka 20, la BAD affirme la nécessité de travailler à la paix en Afrique. Kwibuka («Souviens-toi») 20, est l'occasion de se souvenir des milliers de vies perdues, de faire preuve de solidarité avec les survivants et de s'unir en vue d’éviter la répétition de ce genre de drame – au Rwanda ou ailleurs. Il s’agit également d’une occasion pour partager l'histoire de la réconciliation et de la reconstruction du Rwanda avec le monde. Une occasion aussi pour la BAD de se souvenir des millions d'autres Africains qui ont été  tués  dans des conflits insensés.

Les participants ont écouté avec émotion des hommes et des femmes rwandais appelant à l'espoir et à la paix et invitant à croire en l'avenir du pays et à éviter la récidive de tels actes de violence dans la région. « Il est encore possible de s'aimer et de vivre ensemble, en dépit de la tragédie que nous avons vécu – mais que nous ne voulons plus jamais voir se reproduire », a déclaré Pacifique Kayihura, un employé de la BAD qui a survécu la violence, alors qu’il était enfant.

Résilience du Rwanda, un pays vu comme une lueur d'espoir

Vingt ans après le génocide, le Rwanda a connu des changements considérables avec un peuple résolument engagé, avec espérance, dans sa reconstruction. Pendant ces deux dernières décennies, la BAD et d'autres partenaires au développement ont conçu et mis en œuvre efficacement des politiques macroéconomiques saines, qui ont largement contribué à la résilience du pays.

De manière concrète, la BAD a été et reste le partenaire privilégié du Rwanda. Elle y a investi plus de 1428,89 millions de dollars pour son développement économique, à travers le développement du secteur privé, la formation des compétences et de l'entrepreneuriat, l'éducation, les infrastructures, l'énergie, l'agriculture et des projets de développement rural.

Selon le rapport 2013 sur les Perspectives économiques en Afrique (PEA), depuis 1994, le pays a réalisé d’énormes progrès en matière de développement, et les autorités ont réussi à bâtir une économie reconnue comme l'une des plus dynamiques au monde.

Une des plus grandes priorités du pays est l'accélération de sa croissance et la réduction de la pauvreté. Chose qui doit être conduite par la transformation économique, le développement rural, la productivité, l'emploi des jeunes et la gouvernance.

Selon le rapport PEA, le pays est formellement engagé dans le processus de consolidation des acquis en matière de développement social et d'accélération de la croissance, avec, en ligne de mire, l’amélioration de la productivité de l'agriculture, l'assainissement budgétaire, la promotion et la création d'emplois, et le développement du secteur privé.

« Au titre de 2013-2018, le gouvernement vise des politiques stratégiques en vue d’atteindre une croissance moyenne de 11,5% du PIB », a déclaré l’économiste en chef du gouvernement rwandais, Leonard Rugwabiza, lors du lancement du rapport PEA 2013 le 6 novembre à Kigali.

La journée de commémoration des victimes du génocide rwandais est observée chaque année depuis 2004, dix années après le drame qui a coûté la vie à près d'un million de personnes. Les activités marquant l’anniversaire est officiellement une semaine. Toutefois, la commémoration se poursuivra jusqu'à 4 juillet, pour marquer les 100 jours du génocide.