La BAD s'engage à soutenir le développement économique de la Namibie

19/06/2009
Share |

La BAD s'engage à soutenir le développement économique de la Namibie

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) fournira davantage d’appuis aux efforts de la Namibie pour développer son économie et faire face à la crise financière actuelle. Parlant le mercredi 17 juin 2009, à l’occasion d’une visite de deux jours en Namibie à l’invitation du président namibien Hifikepunye Pohamba, le président de la BAD, Donald Kaberuka, a loué les efforts déployés par le gouvernement namibien pour faire face à l’impact de la crise financière.

« La capacité de l’économie namibienne à réagir aux effets de la crise a été très robuste, a-t-il déclaré. Ses fondements économiques solides ont jusque-là protégé l’économie de la Namibie contre les sérieux dégâts qu’aurait pu provoquer la crise ».

Le président de la BAD a mentionné que l’économie namibienne pourrait redécoller, mais a appelé les autorités namibiennes à diversifier leur économie.

« La hausse et la baisse des prix des matières premières existeront toujours. C’est dans la nature des marchés des minerais (…), mais le plus grand défi réside dans la manière de gérer toutes les phases du cycle et je pense que vous avez fait un bon travail dans ce sens », a-t-il ajouté.

La visite a permis au président Kaberuka et à sa délégation de prendre la mesure des défis auxquels le pays est confronté et la manière dont le gouvernement y fait face.  Durant la visite, M. Kaberuka et le président Hifikepunye Pohamba ont aussi exploré diverses avenues de coopération.

La délégation conduite par le président de la BAD a pu rencontrer les acteurs du secteur privé namibien. Ils ont pu échanger sur la réponse de la BAD à la crise financière et les mécanismes qu’elle a mis en place pour permettre à ses pays membres régionaux de pallier aux effets négatifs de la crise sur leurs économies. Rappelons que la BAD a mis en place une nouvelle série d’instruments, dont une Facilité de liquidités d’urgence de 1,5 milliards de dollars et une Initiative de financement du commerce d’un milliard de dollars.

La visite comprenait également la participation à un symposium d’affaires et une visite du projet de l’extension du chemin de fer dans la région d’Oshana, à la frontière avec l’Angola. Le projet, l’un des plus prometteurs du pays, vise à désenclaver sa partie septentrionale, donc à stimuler la croissance économique. Il vise aussi à améliorer les échanges commerciaux avec l’Angola.  En tout, ce projet d’infrastructures est une extension du réseau de chemin de fer de 248 km, entre les villes de Tsumeb et Ondangwa. 

Depuis le début de ses opérations dans le pays en 1991, les engagements de la BAD en Namibie s’élèvent à plus de 217 millions de dollars, répartis sur quinze projets majeurs. Le secteur des transports, avec 51,6 %, se taille la part du lion, suivi par le secteur agricole (34,2 %). Enfin, les secteurs social (8.6 %) et énergétique (4,5 %) arrivent en troisième et quatrième positions des financements de la BAD en Namibie.