Consultations de la BAD sur les perspectives de financement du changement climatique en Afrique

Share |

De: 21/09/2010
A: 22/09/2010
Lieu: Tunis, Tunisie

Tunis, le 20 septembre 2010 – La Banque africaine de développement (BAD) abrite à Tunis, les 21 et 22 septembre 2010, une table ronde consultative consacrée aux perspectives africaines sur le financement du changement climatique.

Le vice-président et chief operating officer, Nkosana Moyo, ouvrira la table ronde au nom du président Kaberuka, qui participe à la réunion de haut niveau des Nations Unies sur les objectifs du millénaire pour le développement.

Il convient de rappeler que les participants de la quinzième Conférence des parties (COP 15) de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui s’est tenue à Copenhague, au Danemark du 7 au 18 décembre 2009, se sont entendus sur un règlement politique appelé Accord de Copenhague. L'Accord de Copenhague appelle à un engagement collectif des pays développés à fournir des ressources nouvelles et supplémentaires, y compris des investissements par les institutions internationales, d’un montant de 30 milliards de dollars EU environ (financement accéléré) pour la période 2010 à 2012, avec une répartition équilibrée des mesures d'atténuation et d'adaptation. L'Accord engage en outre les pays développés à mobiliser conjointement 100 milliards de dollars EU par an d'ici 2020 pour répondre aux besoins des pays en développement. Jusqu'à présent, 138 pays ont adhéré à l'Accord.

Toutefois, comme l'accord de Copenhague est un accord politique non contraignant, on peut craindre que ces engagements politiques suivent le même chemin que les promesses antérieures - et ne soient pas respectés. Cette préoccupation a incité le Secrétaire général des Nations Unies à créer, le 12 février 2010, le Groupe consultatif de haut niveau sur financement du changement climatique (AGF). Le groupe est actuellement co-présidé par les Premiers ministres Meles Zenawi de l'Éthiopie et Jens Stoltenberg de la Norvège et a trois membres africains - Trevor Manuel, Soumaïla Cissé et Donald Kaberuka. L’AGF est chargé d'étudier les sources potentielles de création de ressources nouvelles et additionnelles dans les pays développés pour financer des actions dans les pays en développement, dans l'esprit des engagements politiques de l'accord de Copenhague. Les conclusions de l'étude devraient informer la prise d’une décision appropriée de la Conférence des Parties de la CCNUCC, lors de  sa 16e  session au Mexique.

L'objectif principal de cette réunion consultative est de rassembler les principales parties prenantes du continent pour discuter des progrès réalisés à ce jour par l’AGF, pour que leurs points de vue apparaissent dans le rapport final de l'AGF qui doit être approuvé le 12 octobre 2010. L’intégration des perspectives africaines améliorera les possibilités pour les États africains  d’accepter le rapport.

La Banque saisira l'occasion offerte par la table ronde et la présence simultanée des  intervenants clés pour plaider encore en faveur de la création du Fonds vert pour l’Afrique, enrichir les discussions en vue de renforcer le dialogue sur la position commune africaine d’ici la tenue de la COP 16 à Cancun, au Mexique, du 29 novembre au 11 décembre 2010, et présenter le programme de la Banque sur le changement climatique pour le continent, ainsi que les possibilités offertes aux pays membres régionaux de la Banque.

Participeront à la table ronde une trentaine de représentants des chefs de file africains de la négociation sur le changement climatique, des parlementaires africains, des opérateurs du secteur privé, des décideurs politiques, des organisations non gouvernementales (ONG), des organisations de la société civile (OSC), des émissaires des pouvoirs publics, des institutions du marché du carbone et des institutions financières, ainsi que des institutions bancaires régionales.

Le programme de la table ronde comprend des présentations et des discussions sur les principales sources de financement du changement climatique et leurs implications pour l'Afrique. Les conclusions de la table ronde seront consignées dans un rapport et un communiqué traduisant les points de vue du continent, que le Président Kaberuka présentera à la prochaine réunion des responsables de l’AGF, en octobre 2010.