Accord de don de 58 millions de dollars pour la réhabilitation du barrage d'Inga

10/04/2008
Share |

Accord de don de 58 millions de dollars pour la réhabilitation du barrage d'Inga

Le Groupe de la Banque Africaine de développement et la RDC ont signé, jeudi à Tunis, un accord de don de 58 millions de dollars pour la réhabilitation de la centrale électrique d'Inga et des réseaux de distribution d’électricité de la ville de Kinshasa et de ses environs.

Le vice-président de la BAD chargé de l'Infrastructure, du secteur privé et de l'intégration régionale, Mandla Gantsho, a signé l'accord pour le Groupe de la Banque, et la chargée d'affaires de la RDC en Tunisie, Geneviève Lukusa Kayembe Nkaya, a signé le document pour son pays.

Lors de la cérémonie de la signature, M Gantsho a déclaré que le projet cofinancé avec les autres donateurs, notamment, la Banque mondiale, permettra de renforcer l'efficacité opérationnelle dans le sous-secteur de l'énergie, de stimuler les capacités de production et de transport, de satisfaire la demande intérieure et de soutenir l'intégration régionale. «Je tiens à souligner la nécessité d'une mise en œuvre urgente de ce projet étant donné l'état de délabrement de l'infrastructure électrique et la nécessité d'améliorer l'approvisionnement en électricité dans le pays», a déclaré M. Gantsho, en exhortant les autorités à mobiliser toutes les parties prenantes nationales, afin de faciliter l’exécution du projet.

Pour sa part, Mme Nkaya a souligné l'importance de la centrale électrique d'Inga et le développement économique et social du pays et du bien-être de la population. Elle a salué l'engagement de la Banque et son soutien aux efforts de reconstruction du pays ; en assurant que le projet sera mis en œuvre dès que possible.

« L’importance de réhabilitation des centrales d’Inga n’est plus à démontrer compte tenu de l’impact de ce projet sur le développement socioéconomique du pays et sur le bien être de la population », a-t’elle déclaré, ajoutant que son «pays est reconnaissant de l’engagement de la BAD pour soutenir l’effort de la reconstruction et de la relance économique de la République Démocratique du Congo ».

Le projet porte sur la réhabilitation de 10 des 14 groupes du complexe hydroélectrique d’Inga, la construction d’une ligne haute tension entre Inga et Kinshasa et la réhabilitation et l’extension du réseau de distribution de Kinshasa, dont la réalisation de quelque 50 000 branchements. Les composantes majeures du projet sont la production, le transport, la distribution, le renforcement des capacités et la gouvernance ainsi que l’appui à l’exécution du projet.

Malgré le considérable potentiel hydroélectrique de la RDC, les indicateurs de consommation d’énergie qui sont corrélés avec le niveau de développement, sont des plus bas de la région et du monde. L’arrêt des investissements dans le SSE, conjugué à la croissance de la population, a conduit à une baisse de la consommation d’électricité par habitant ,161 kWh en 1980 à 91 kWh en 2002. Le taux d’électrification est de 6% comparé à une moyenne africaine de 20%.

La zone d’intervention du projet couvre la province du Bas-Congo et la région de Kinshasa bien que la zone d’influence du projet se situe au-delà de ces limites compte tenu du fait que l’énergie qui sera produite dans les centrales réhabilitées servira à l’alimentation d’autres provinces et de plusieurs pays de la région. Les centrales hydroélectriques d’Inga 1 et 2 se trouvent à environ 150 km de l’embouchure du fleuve Congo dans une région peuplée de manière éparse et couverte par une savane et des forêts-galeries au fond des vallées.

Le coût total du projet est estimé à 301,36 millions d’UC. Le projet sera financé par le don du Fonds africaine de développement (FAD) de 35,70 millions d’UC, un don de l’Association internationale de développement (l’IDA) de la Banque mondiale, de 193,45 millions d’UC et une contribution du gouvernement de 9,35 millions d’UC. D’autres bailleurs contribueront au reliquat de 72,25 millions d’UC.