BAD-RDC : 137 millions de dollars pour soutenir la modernisation du secteur aérien

28/09/2010
Share |

Tunis, 28 septembre 2010 – Le conseil d’administration du Fonds africain de développement (FAD), guichet concessionnel du Groupe de la BAD, a approuvé, le lundi 27 septembre 2010, un don de 88,6 millions d’unités de compte*, soit l’équivalent de 137,43 millions de  dollars américains à la République démocratique du Congo (RDC) pour financer le projet prioritaire de sécurité aérienne.

Le financement, prévu sur le FAD-11, porte sur

  • La réhabilitation des infrastructures et la modernisation des instruments d’aide à la navigation au niveau des aéroports de Kinshasa/N’djili, Lubumbashi/Luano et de Kisangani/Bangoka qui constituent avec celui de Goma, les principales interfaces aéroportuaires de la RDC et
  • Sur les actions transversales de sécurisation de la navigation aérienne dans l’ensemble de l’espace du pays et de renforcement des capacités techniques dans les domaines du contrôle de la navigation aérienne et de la supervision du transport aérien.

Le projet contribuera à :

  • La réduction du nombre d’incidents/accidents ;
  • La réduction des coûts d’entretien des infrastructures et des équipements et des coûts d’exploitation des compagnies aériennes ;
  • L’accroissement des revenus générés par les activités aéronautiques et extra-aéronautiques du fait de l'accroissement induit du trafic passant par les aéroports concernés.
  • Le projet permettra en outre d’améliorer de façon notoire les performances du sous-secteur des transports aériens en RDC et l’image du pays en matière d’aviation civile.

La RDC est un très vaste pays de 2.345.000 km2 où la vétusté et le faible maillage des réseaux routier, ferroviaire et fluvial rendent le désenclavement intérieur du pays fortement tributaire du transport aérien.

En outre, le pays occupe une position stratégique en matière de sécurité de l’industrie du transport aérien au plan régional et international, dans la mesure où la plupart des vols entre l’Afrique australe et l’Europe ainsi qu’entre l’Afrique australe et l’Afrique de l’ouest et de l’est utilisent son vaste espacé aérien, et ce, sans systèmes adéquats de visualisation ni de surveillance.

De plus, dans le contexte d’un pays fragile sortant de conflit, l’avion reste le mode de transport privilégié pour l’acheminement de l’aide humanitaire vers les zones reculées où règne encore une insécurité difficile à juguler.

Aussi le gouvernement de la RDC a-t-il établi, au début de 2009, un programme général de réhabilitation et de développement des infrastructures aéroportuaires et des équipements de navigation aérienne pour la période 2010-2015. Ce programme s’établit globalement à 642 millions de dollars.

Par le financement de ce projet, la BAD entend accompagner la RDC dans une approche progressive pour améliorer la performance de la participation du sous-secteur au désenclavement intérieur et extérieur du pays et au système de transport international.

On  rappelle que la Banque est intervenue dans des opérations de réhabilitation et d’extension d’infrastructures aéroportuaires ainsi que d’équipements d’aide à la navigation aérienne, notamment au Maroc, qui ont été jugées efficientes et pertinentes.  L’intervention proposée constitue, par ailleurs, une opportunité pour la Banque de renforcer sa coopération dans le secteur avec d’autres intervenants, notamment la Banque mondiale et l’Union européenne.*


*1 UC = 1,51 dollars  au 27 septembre 2010