Côte d’Ivoire : La BAD défend l’accès à une électricité abordable

25/07/2013
Share |

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 24 juillet 2013, un prêt privilégié pouvant aller jusque 50 millions d’euros, destiné à financer le projet d’extension de la centrale électrique CIPREL. Ce, afin d’en augmenter la capacité de 222 MW, et partant, d’aider la Côte d’Ivoire à répondre aux besoins domestiques en énergie qui vont croissants, en se dotant d’une alimentation fiable et abordable en électricité, tout en réduisant l’empreinte environnementale liée au mode de production.

La demande d’électricité en Côte d’Ivoire a cru au rythme annuel de 6 % en moyenne entre 2003 et 2012. A contrario, la production nette d’électricité n’a augmenté que de 2 % par an sur la même période. La demande d’électricité dans le pays devrait rester élevée à moyen et long terme, et la pénurie d’énergie risque logiquement de s’accentuer, si la capacité de production n’est pas augmentée. Alors que l'économie du pays est encore en phase de transition, à la suite de la récente crise, il est crucial de mobiliser le financement nécessaire à l’augmentation de la production d’une énergie à moindre coût.

La participation de la BAD a été essentielle pour atteindre le stade de clôture financière du projet d’extension de la centrale électrique CIPREL, car le projet requiert des financements à long terme, rarement disponibles sur le marché. Grâce au soutien de la BAD, l’extension de la centrale prévoit la mise en place de turbines à gaz supplémentaires de 111 MW, ainsi qu’une turbine à cycle combiné de 111 MW elle aussi grâce à son raccordement à une turbine à vapeur et à deux chaudières à récupération de chaleur installées en 2009.

La BAD et d'autres bailleurs de fonds ont également aidé à convaincre les promoteurs de respecter des normes de gestion sociale et environnementale mises à jour et plus rigoureuses, parmi lesquelles la technologie verte de faible émission d’oxyde d’azote sec qui permet de réduire les émissions d’oxyde d’azote. Cette extension – la quatrième – permettra d'accroître la capacité de production brute de 69 %, la portant à 543 MW. Lorsque le projet sera opérationnel, CIPREL sera dotée de la plus grande centrale thermique opérationnelle en Afrique sub-saharienne.

La CIPREL est une société privée de production d’électricité en Côte d’Ivoire. A ce jour, CIPREL exploite cinq turbines à gaz, dans le cadre d’un accord de concession conclu en 1994 avec l’État ivoirien et amendé pour la sixième fois en décembre 2011 afin de permettre cette quatrième extension. Ayant démarré ses activités en 1995, CIPREL possède une solide expérience de l’exploitation des turbines à gaz.

Le projet, en augmentant les capacités de production d’énergie du pays, aidera la Côte d’Ivoire à satisfaire ses besoins croissants en électricité, et à élargir l’accès à une alimentation électrique fiable dans la région. Le projet aura d’importants impacts sur le développement, en termes d’amélioration du niveau de vie et de prestation des services sociaux – notamment dans la santé et l’approvisionnement en eau –, sur la génération de revenus dans le secteur électrique, et sur le développement des petites et moyennes entreprises, favorisant ainsi la création d’emploi et le soutien à une croissance inclusive et durable dans le pays.