La BAD prévoit que les TIC apporteront une contribution formidable à la transformation de l’Afrique

19/05/2014
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a souligné le rôle vital que les technologies de l’information et de la communication (TIC) joueront dans la transformation des économies africaines.

D’après son économiste en chef et Vice-président, Mthuli Ncube, de nombreux pays africains ont adopté les TIC pour faire progresser leur développement socio-économique, une étape importante vers la société fondée sur la connaissance.

Ncube s’exprimait le 19 mai 2014, lors d’une séance intitulée « Technologies au service du développement », au cours de la 49e édition des Assemblées annuelles de la BAD qui se tient  à Kigali Au Rwanda.

« Nous avons assisté dans toute l’Afrique à l’émergence d’un potentiel et d’une occasion à saisir grâce à l’entrepreneuriat axé sur la technologie, surtout auprès des jeunes gens. Les TIC jouent un rôle important pour la transformation des économies africaines », a expliqué Ncube.

La stratégie opérationnelle TIC de la BAD prévoit que la technologie contribuera à la réduction de la pauvreté et à la croissance économique de ses pays membres régionaux (PMR), en renforçant le rôle joué par la BAD dans l’amélioration de l’accès à l’infrastructure des TIC, en stimulant les investissements du secteur privé et en favorisant une bonne gouvernance.

L’Économiste en chef a fait remarquer que la mise sur pied d’une solide infrastructure de TIC sur le continent permettrait aux économies africaines de bénéficier de services à haut débit fiables et plus rapides.

Au cours de la réunion, la société Huawei a communiqué son programme en matière de TIC, qui façonnera la future transformation technologique de l’Afrique.

Le directeur adjoint des prestations et services de Huawei, Ding Yong, a affirmé que la collaboration avec les économies africaines en vue de concrétiser le développement des TIC était l’une des grandes priorités de cette entreprise.

« Nous avons déjà mis le pied en Afrique australe en soutenant des programmes éducatifs par des activités telles que l’octroi de bourses aux étudiants en technologie de l’information et le don d’équipements technologiques à des écoles. Notre grande priorité consiste à renforcer la transformation socio-économique de l’Afrique grâce au pouvoir de la technologie », a-t-il ajouté.

Yong a précisé que l’entreprise technologique chinoise s’engageait à aider les économies africaines à créer des réseaux mobiles extrêmement étendus en offrant aux utilisateurs une excellente expérience et en favorisant de rapides innovations.

Il s’attend à ce que les technologies mobiles jouent un rôle crucial dans la transformation du développement socio-économique des sociétés sur le continent africain au cours des années à venir.

Huwei a créé plus de 2000 emplois directs et plus de 10 000 emplois indirects par le biais de ses sous-traitants locaux.

Afin de concrétiser ses projets, Huawei offrira à ses clients des solutions TIC telles que le renseignement axé sur de grandes bases de données, des modèles commerciaux intelligents et l’établissement d’autoroutes de l’information nationales.

Yong a appelé les nations africaines à étudier la possibilité d’utiliser des technologies de l’information et de la communication avancées par l’adoption d’une solide politique technologique visant à connecter entièrement les gens, les entreprises et leurs clients.

Son entreprise a évoqué l’expérience des utilisateurs et les principaux facteurs qui influenceront le développement de l’industrie des TIC dans les années à venir.

Selon Yong, Huawei comptait contribuer à la croissance durable de l’industrie des TIC en Afrique en cultivant les talents locaux.

Huawei emploie plus de 7100 personnes en Afrique et a créé 12 000 emplois indirects grâce à ses services d’achat et d’externalisation.