Des administrateurs de la BAD en mission de consultation en Égypte

11/02/2016
Share |

Une délégation officielle de la Banque africaine de développement (BAD) composée de sept administrateurs effectue depuis le dimanche 7 février,  une mission de consultation de 8 jours en Égypte. Siégeant au Conseil d’administration de la Banque à Abidjan, les administrateurs assurent la supervision des activités de prêt et des activités opérationnelles de l’institution.

Les sept administrateurs représentent l’Afrique du Sud, l’Algérie, la Belgique, le Botswana, le Canada, la Chine, la République de Corée, Djibouti, l’Égypte, l’Espagne, la France, la Gambie, le Ghana, le Koweït, le Lesotho, le Libéria, la Libye, le Malawi, l’île Maurice, la Mauritanie, la Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, le Swaziland et la Turquie. Cette visite devrait surtout leur permettre d’appréhender directement l’impact des interventions de la BAD sur le développement en Égypte, y compris à travers une évaluation des besoins et des priorités du gouvernement. Les administrateurs sont accompagnés d’une équipe de la BAD représentant la région Afrique du Nord sous la direction du directeur régional, Jacob Kolster et de la représentante résidente de la BAD en Égypte, Leila Mokaddem.

Le programme de la visite des administrateurs est fondé sur le Document de stratégie pays (DSP) 2015-2019 de l’Égypte. Suite à l’approbation de ce document, en décembre 2015, par le Conseil d’administration, un prêt de 500 millions de dollars US a été validé et décaissé pour soutenir les réformes de la politique macroéconomique et le secteur de l’énergie dans le pays. Le DSP repose sur deux piliers : (i) le développement infrastructurel visant une croissance durable et inclusive, et (ii) le renforcement de la gouvernance au moyen de l’amélioration de la transparence, de l’efficacité et de l’équité.

La visite a commencé par une rencontre avec le Premier ministre égyptien, Sherif Ismail, en présence de la ministre égyptienne de la Coopération internationale, Sahar Nasr. Le Premier ministre a remercié la BAD pour la mise en place de ce partenariat qui soutient les réformes gouvernementales visant une croissance inclusive et durable dirigée par le secteur privé.

Sherif Ismail a aussi présenté les principaux piliers du programme économique et de gouvernance qui va être soumis au Parlement dans les jours à venir, à savoir l’assainissement des finances publiques, la réforme du secteur énergétique et l’amélioration de l’environnement des affaires. Après avoir présenté ce programme et souligné le fort engagement du gouvernement en faveur de l’élaboration et de la mise en œuvre de réformes durables, le Premier ministre a demandé à la BAD de continuer à soutenir les grands projets infrastructurels du gouvernement et de bien vouloir reprendre les discussions sur l’opération d’appui aux réformes pour l’année 2016. Cette réunion a permis aux administrateurs de soulever des questions importantes sur la participation du secteur privé, la croissance inclusive et la mise en œuvre des dispositifs de protection sociale.

Suite à cette rencontre, les administrateurs se sont rendus au ministère de la Coopération internationale pour participer à une réunion avec  Sahar Nasr et plusieurs ministres et ministres adjoints clés, notamment le ministère de l’Irrigation et des Ressources hydriques, le ministère du Logement et le ministère de l’Environnement. Les discussions ont porté sur d’importants projets innovants dans des secteurs tels que l’assainissement dans les zones rurales, la restauration des terres, les eaux usées et l’irrigation, mais aussi les efforts à déployer pour dynamiser l’intégration régionale.

Les administrateurs ont ensuite rencontré le ministre des Finances ainsi que le président de Suez Canal Authority,  Mohab Mamish. Ils ont pu se rendre dans la zone du canal de Suez et visiter la zone économique du canal où ils ont rencontré le chef de l’autorité générale de cette zone,  Ahmed Darwish. La délégation a aussi visité deux projets financés par la BAD — la centrale thermique d’Ain Sukhna et la Compagnie égyptienne de raffinage. Elle devait aussi rencontrer les bénéficiaires directs du projet d’amélioration des revenus ruraux mis en œuvre à Louxor.

Suite au décaissement d’un prêt de 500 millions de dollars US approuvé en décembre 2015 pour soutenir les réformes de la politique macroéconomique et le secteur de l’énergie, le portefeuille actif de la BAD en Égypte s’élève à 2,24 milliards de dollars US (pour 33 opérations) avec un taux de décaissement de 61 %. L’ensemble des approbations de la BAD pour l’Égypte en 2015 s’est chiffré à 694,6 millions de dollars US, dont trois prêts de 682 millions de dollars US et sept subventions de 12,6 millions de dollars US.

Depuis 1974, le Groupe de la BAD a financé quelque 100 opérations à hauteur d’environ 6,3 milliards de dollars US. Les projets financés par la Banque concernaient principalement l’infrastructure et l’énergie ainsi que le secteur social (principalement des prêts aux petites et moyennes entreprises)


Sections Connexes