La BAD facilite l'insertion des petits exploitants togolais dans le monde de la finance numérique

02/09/2016
Share |

Forte de ses résultats obtenus au Liberia, la Banque africaine de développement apporte son soutien à un autre projet de financement numérique dans la continuité de son programme de transformation du secteur agricole. « AgriPME » (Agri Porte-Monnaie Électronique) est un projet commun au ministère de l'Agriculture et au ministère de l'Économie numérique du Togo visant à subventionner les agriculteurs par l'entremise de services de paiements mobiles (mobile money) déployés par les opérateurs de téléphonie mobile MOOV et TOGOCEL.

À ce jour, 76 522 petits exploitants sur 150 000 ont été identifiés et enregistrés, leur permettant ainsi d'acheter des intrants agricoles grâce à une subvention s'élevant à 1,3 million de dollars des Etats-Unis. L'objectif premier du gouvernement est d'établir une solide base de données répertoriant les petites exploitations agricoles, de numériser les données relatives aux acquisitions d'intrants et d'offrir la possibilité de sélectionner les fournisseurs d'intrants pour la distribution d'engrais. Ce mécanisme novateur de distribution d'intrants repose sur le fait que le Togo figure parmi les pays utilisant le moins d'engrais au monde. Avant la réforme en cours du secteur agricole, environ 6 kilogrammes d'engrais par acre étaient utilisés au Togo contre les 50 kg recommandés pour une bonne performance agricole. Les éléments clés du projet reposent sur l'enregistrement des agriculteurs, l'ouverture des services de portefeuilles numériques, le renforcement des capacités et la sensibilisation, un support technique et la mise en place d'un système d'information agricole.

Quelque trois millions d'agriculteurs sont visés par le projet du gouvernement, soit 70 % de la population du Togo. Il est important de constater l'implication et la synchronisation des opérateurs de téléphonie mobile togolais qui, dans le cadre de leur responsabilité sociale d'entreprise, ont contribué aux frais de 107 000 cartes SIM, préfinancé une campagne de communication et mis en place des centres d'appel de service clientèle. Dans un deuxième temps et dans l'objectif d'obtenir des résultats plus rapidement, le gouvernement togolais examinera les possibilités offertes par des technologies de pointe telles que la modélisation géospatiale et l'identification biométrique.

L'impact sur le long terme de cette innovation dans le domaine du paiement numérique réside dans l'opportunité pour plus de la moitié de la population d'être reconnue par le système financier, de pouvoir bénéficier de services financiers supplémentaires et d’améliorer ses conditions de vie.

L'enregistrement électronique des petits exploitants agricoles togolais est encourageant puisqu'il démontre le rôle et le potentiel du secteur privé à catalyser la production agricole en stimulant le pouvoir numérique d'une partie de la population traditionnellement exclue, la rendant ainsi plus attractive auprès des institutions financières.