Canaliser plus de financements climatiques : procédure accélérée pour une accréditation de la BAD par le Fonds vert pour le climat

16/04/2015
Share |

La Banque africaine pour le développement (BAD) travaille activement pour vite rejoindre les sept entités récemment accréditées par le Fonds vert pour le climat (FVC). Une fois accréditée, la BAD fera partie des principales institutions multilatérales d’exécution chargées de canaliser les ressources dont le continent africain a tant besoin.

Le Fonds vert pour le climat s’est encore rapproché de ses objectifs, qui sont de financer les projets d’adaptation et d’atténuation des effets climatiques dans les pays en développement, lorsque son Conseil d’administration a accrédité sept entités en mars 2015.

Créé en 2010, lors de la 16e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et approuvé l’année suivante, le Fonds avait déjà mobilisé, au 31 décembre 2014, 10,2 milliards de dollars EU, destinés à financer des projets d’adaptation et d’atténuation des effets climatiques dans les pays en développement.  

Les ressources du Fonds vert pour le climat peuvent être obtenues par deux voies : directement, via des entités infranationales, nationales ou régionales ; ou indirectement, à travers des entités internationales accréditées, telles que les agences des Nations unies, les banques multilatérales de développement et les institutions financières internationales.

Pour optimiser ses investissements, de façon à mieux cibler les multiples défis auxquels se heurte le continent, le Conseil d’administration du FVC a ciblé un nombre restreint de priorités : une agriculture durable qui tienne compte du changement climatique ; réformer l’accès à la production d’énergie ; accroître les financements en faveur des forêts et du changement climatique ; et renforcer la résilience des petits États insulaires et des pays en développement.

« La BAD travaille avec le secrétariat du FVC pour son accréditation, la préparation de la mise en place de la gestion du Fonds, et les discussions sur la réserve de projets de la Banque, a indiqué Kurt Lonsway, le chef de la division environnement et changement climatique à la BAD. Éligibles à une procédure d’accréditation accélérée, nous escomptons que la Banque soit accréditée lors de la réunion du Conseil d’administration en juillet prochain, au terme du processus de traitement de sa candidature. »

D’autres décisions nécessaires pour que le Fonds devienne opérationnel ont également été prises lors du Conseil d’administration. Il s’agit notamment du cadre de capitalisation initiale, d’une politique relative à l’éthique et aux conflits d’intérêts et des conditions et modalités fiduciaires des instruments du Fonds.

La 9e réunion du Conseil d’administration du FVC s’est déroulée à Songdo, en République de Corée, du 24 au 26 mars 2015. Le Fonds est placé sous la supervision d’un Conseil d’administration composé de 24 personnes, chacune dotée d’un suppléant, pays en développement et pays développés étant représentés à nombre égal.  

Les agences récemment accréditées sont : le fonds d'investissement mondial à but non lucratif, Acumen Fund ; le Centre de suivi écologique (CSE) du Sénégal ; la banque germanique de développement Kreditanstalt für Wiederaufbau ; le Programme des Nations unies pour le développement ; la Banque asiatique de développement ; le secrétariat du Programme régional océanien de l'environnement ; le Fonds de promotion des parcs nationaux et des zones protégées du Pérou.


Sections Connexes

Contact