Au 22e Sommet de l’Union africaine, la BAD met l’emphase sur la fragilité, le développement des infrastructures, la femme et la jeunesse

Share |

De: 24/01/2014
A: 01/02/2014
Lieu: Addis Ababa, Ethiopia

Le Groupe de haut niveau sur les États fragiles dévoile son rapport final : “Mettre fin aux conflits et consolider la paix en Afrique : un appel à l'action”

Le Groupe spécial de haut niveau sur les États fragiles de la Banque africaine de développement (BAD) présentera son rapport “Mettre fin aux conflits et consolider la paix en Afrique : un appel à l'action”, le jeudi 30 janvier 2014, à Addis Abeba. Lire plus


Contexte du sommet

Le développement et le financement des infrastructures, les questions de genre, la jeunesse et les États fragiles sont les priorités de l’agenda du Groupe de la Banque africaine de développement au 22e Sommet de l’Union africaine et ses activités préparatoires, qui se déroulent du 24 janvier au 1er février à Addis Abeba, en Éthiopie.

Le Sommet de cette année, qui s’ouvre officiellement, jeudi 30 janvier, est axé sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, mais les questions brûlantes de la paix et de la stabilité en Afrique restent des thèmes sous-jacents. C’est sur cette toile de fond que le Groupe spécial de haut niveau sur les États fragiles présente son rapport final intitulé « Mettre fin aux conflits et renforcer la paix en Afrique : un appel à l’action », résultat de près d’un an de consultations. Le rapport formule des recommandations pour vaincre la fragilité et renforcer la stabilité et la résilience par le biais de partenariats. Le Groupe spécial de haut niveau, présidé par la présidente de la République du Libéria, Mme Ellen Johnson Sirleaf, invite également la Banque à jouer un rôle de leadership plus actif dans les questions de conflit et de fragilité. Le président de la Banque africaine de développement, M. Donald Kaberuka, va se joindre à Mme Johnson Sirleaf et à d’autres membres du Groupe spécial de haut niveau, et notamment à l’envoyée spéciale de la BAD pour le genre, Mme Géraldine Fraser-Moleketi, lors de la conférence de presse portant sur le rapport prévue le jour de l’ouverture du Sommet.

Dans plusieurs réunions préparatoires, et notamment celle du Comité d’orientation des chefs d’État et de gouvernement (HSGOC) du NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique), la Banque africaine de développement a été saluée pour son travail en matière de développement des infrastructures, avec une mention spéciale pour le fonds innovant Africa50 de la Banque, qui vise à accélérer le financement des infrastructures sur le continent.

Un autre point fort du sommet de cette année et de ses activités préparatoires a été l’accord signé conjointement par la Banque africaine de développement et la Commission de l’Union africaine, portant sur un don de 8,6 millions de dollars US pour une durée de trois ans, destiné au renforcement des capacités pour aider les pays africains à relever la cadence de réalisation des projets d’infrastructure. 

Mme Fraser-Moleketi a assisté à plusieurs événements clés de préparation au sommet, et notamment à la présentation de la Plateforme pour les femmes de la région des Grands Lacs, une initiative d’assistance aux femmes dans la République Démocratique du Congo post-conflit. D’autres hauts responsables ont assisté à des réunions sur le Mécanisme africain d’examen par les pairs, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique et le Conseil pour le développement des infrastructures. 

Il  est prévu que le président de la Banque, M. Donald Kaberuka, assiste à la cérémonie d’ouverture, à un forum de la jeunesse organisé par la Fondation Olusegun Obasanjo et à la présentation du rapport du Groupe spécial de haut niveau, ainsi qu’à plusieurs réunions bilatérales et à la Conférence de solidarité africaine conçue pour mobiliser le soutien en faveur des pays sortant de conflits en Afrique.

Chaque année, le Sommet réunit des chefs d’État ou de gouvernement et des ministres des affaires étrangères africains – ainsi que des dirigeants d’organisations internationales et des médias à l’échelle nationale, régionale et internationale.