La BAD passe à l’orange à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes

Share |

Date: 25/11/2014
Lieu: Abidjan, Cote d'Ivoire

« Tandis que la Banque africaine de développement investit dans le capital humain, les violences à l’encontre des femmes et des filles brisent la moitié de la population, qui représente pourtant le principal atout de l’Afrique. » — Donald Kaberuka, président de la BAD.

Le 25 novembre 2014, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, la Banque africaine de développement (BAD) soutient la campagne des Nations unies Tous UNiS pour « Oranger votre quartier ». La BAD participera à 16 jours d’activisme contre les violences sexistes, du 25 novembre au 10 décembre 2014, Journée des droits de l’homme.

En habillant son site Internet, afdb.org, de couleur orange la Banque entend sensibiliser et amplifier ce message : il faut mettre fin aux violences à l’égard des femmes et des filles à travers l’Afrique. Cet objectif est particulièrement important, car 2015 est pour l’Union africaine l’Année de l’autonomisation des femmes et du développement de l’Afrique, dans le sens de l’Agenda 2063.

Les violences à l’encontre des femmes et des filles sont un problème mondial, qui se manifeste sous diverses formes : violence structurelle, violence domestique, recours au viol en tant qu’arme de guerre, mutilations génitales féminines, mariage des enfants, ainsi que les attaques contre les filles qui se rendent à l’école. Plus de 45 % des femmes africaines sont victimes de violences sexuelles, soit 10 % de plus que la moyenne mondiale.*

La violence a un coût, extrêmement élevé, qui comprend la perte de productivité, les frais liés aux services sociaux et la souffrance humaine. Bien que les données relatives à l’Afrique soient limitées, des pays comme les États-Unis et le Royaume-Uni ont calculé que la violence domestique (ou exercée par un partenaire) coûtait chaque année des milliards de dollars à leurs économies.

La BAD investit dans le capital humain. Afin d’accomplir la Stratégie décennale de la Banque, dont l’objectif est de transformer le continent africain, femmes et filles doivent réaliser leur plein potentiel, dans un environnement exempt de violence. Grâce à ses pays membres régionaux, à ses partenaires issus du monde de l’entreprise et de la société civile et à ses donateurs, la Banque est bien placée pour promouvoir la croissance inclusive et l’autonomisation des femmes. La Stratégie en matière de genre de la Banque se concentre sur trois priorités : le statut juridique et les droits de propriété ; l’autonomisation économique ; et la gestion des connaissances et le renforcement des capacités. Geraldine Joslyn Fraser-Moleketi, envoyée spéciale de la Banque pour les questions de genre, est la tête de file de cet appel à l’action et assure le suivi de l’atteinte des objectifs de la Banque. Avec ses projets et initiatives phares, la BAD œuvre à offrir des opportunités à tous les Africains.

Le slogan de campagne de la Banque pour ce 25 novembre 2014 sera : « La BAD se met à l’orange pour mettre fin à toutes formes de violence contre les femmes ». Pour marquer cette journée du 25 novembre et les 16 jours d’activisme qui suivent, les sites Internet et intranet de la Banque « passeront à l’orange » eux aussi.

Le 25 novembre 2014, la Banque procédera au lancement officiel de la campagne, avec une cérémonie organisée à son siège, à Abidjan. Donald Kaberuka, le président de la BAD, et l’envoyée spéciale sur les questions de genre prononceront une allocution d’ouverture. S’en suivront des déclarations de la ministre ivoirienne de la Solidarité, de la Famille et des Femmes et de la représentante résidente d’ONU-Femmes. L’évènement se poursuivra par un concert public, dont une troupe de percussionnistes locales, Les Femmes Battantes, sera la vedette.  Les membres du personnel de la Banque sont invités à arborer de l’orange dans leur tenue vestimentaire ou des brassards de cette couleur où figurent le slogan en faveur de cette cause et de la campagne.

Source : OMS 2013, Estimations mondiales et régionales de la violence à l’encontre des femmes.